Les Villes de la région ont octroyé des permis de construction d’une valeur totale de 151 millions de dollars au cours du premier semestre de 2019, soit une augmentation de 14 % comparativement à la même période l’année dernière. La valeur moyenne des permis de construction de maisons individuelles s’est élevée à 267 000 $, une hausse significative de 10 % par rapport aux six premiers mois de 2018.

Début 2019 : les logements dopent les mises en chantier

L’Estrie connaît une excellente année en matière de construction de logements. Avec 984 mises en chantier de logements au cours des six premiers mois de 2019, la région enregistre une croissance de 41 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit de la plus forte hausse à ce chapitre dans la province, après celle de l’Outaouais.

Le segment locatif est en grande partie responsable de cette performance de la construction résidentielle en ce début d’année, grâce à une augmentation de 59 % des mises en chantier, avec 583 logements locatifs.    

Ces chiffres sont extraits du dernier bilan de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) dévoilé mercredi.

Les Villes de la région ont octroyé des permis de construction d’une valeur totale de 151 millions de dollars au cours du premier semestre de 2019, soit une augmentation de 14 % comparativement à la même période l’année dernière. La valeur moyenne des permis de construction de maisons individuelles s’est élevée à 267 000 $, une hausse significative de 10 % par rapport aux six premiers mois de 2018.  

La valeur des permis de rénovation octroyés par les Villes de l’Estrie s’élevait à 39 millions de dollars au cours du premier semestre de 2019, soit une légère augmentation de 2 % comparativement au premier semestre de l’année dernière. En moyenne, la valeur des travaux de rénovation autorisés était de 17 450 $, une hausse marquée de 19 %.   

Meilleur début d’année depuis 2010 

Selon l’APCHQ, le nombre de mises en chantier au Québec dans les centres de 10 000 habitants et plus pour le premier semestre de 2019 s’est élevé à 21 081 logements, ce qui représente une augmentation de 9 % par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit du meilleur début d’année pour la construction résidentielle depuis 2010. 

« Cette augmentation est principalement attribuable à la construction d’appartements qui a donné le ton avec plus des trois quarts des nouvelles habitations. Les 16 329 mises en chantier d’appartements recensées par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) de janvier à juin 2019 représentent une augmentation de 15 % par rapport à la même période en 2018 », commente l’auteur de cette étude, Paul Cardinal, directeur du Service économique de l’APCHQ. 

Les habitations locatives ont représenté plus de la moitié de toutes les nouvelles constructions au Québec depuis le début de l’année. Parmi celles-ci, on retrouve 103 logements coopératifs et 1528 appartements pour personnes âgées, ce qui laisse donc quelque 10 000 logements visant le marché locatif traditionnel.    

Difficile accession à la propriété

Les maisons unifamiliales (4734 unités) et les logements en copropriété (4679 unités) ont pour leur part essuyé un recul de 7 % des mises en chantier au cours des six premiers mois de l’année. Les mises en chantier de maisons individuelles (2720 unités) et de maisons jumelées ou en rangée (2152 unités) ont quant à elles poursuivi leur lente tendance baissière : elles se sont repliées respectivement de 6 % et de 10 % au premier semestre. 

« Ceci témoigne du fait que la dégradation de l’abordabilité des propriétés au cours des dernières années rend l’accession à la propriété plus difficile. Depuis plusieurs années, l’APCHQ demande justement l’instauration de mesures énergiques pour améliorer le taux de propriété au Québec, puisque nous sommes toujours bon derniers au Canada en la matière. L’APCHQ invite donc tous les paliers de gouvernement à faire de l’accès à la propriété une priorité », affirme Paul Cardinal.