Le lieutenant politique des conservateurs, Alain Rayes, était visiblement fier lundi d’avoir convaincu Dany Sévigny de se présenter comme candidat dans Sherbrooke. Tout souriant, M. Rayes a répété à plusieurs reprises à quel point « Dany est une candidature exceptionnelle qui saura représenter tous les Sherbrookois ». De son côté, le chef du Parti conservateur Andrew Scheer a dit « que Dany n’avait même pas besoin de présentation à Sherbrooke. »

Dany Sévigny se lance avec les conservateurs

« J’ai toujours servi mes concitoyens en m’impliquant bénévolement dans plusieurs activités caritatives. Maintenant je suis rendu à l’étape où je peux aider les Sherbrookois à Ottawa. »

L’homme d’affaires Dany Sévigny a confirmé lundi matin sa candidature dans Sherbrooke en vue des prochaines élections fédérales. C’est sous la bannière du Parti conservateur qu’il courtisera les électeurs. Le chef du parti, Andrew Scheer, et son lieutenant politique pour le Québec, Alain Rayes, étaient présents pour l’annonce qui a rassemblé plus d’une centaine de partisans à l’hôtel Delta.

À lire aussi: Dany Sévigny songe à se présenter pour les conservateurs

Plusieurs candidatures conservatrices à prévoir dans Compton-Stanstead

C’est sous des applaudissements nourris que le nouveau candidat s’est avancé au lutrin. 

« C’est une journée très importante pour moi et les membres de ma famille. Après quelque temps de réflexion et de consultation, j’ai pris l’importante décision d’accepter de relever ce nouveau défi avec beaucoup de fébrilité. C’est avec une très grande motivation et un engagement sincère à vouloir représenter fièrement et dignement mes concitoyens que je fais le choix de me lancer officiellement en politique active », a-t-il lancé d’entrée de jeu. 

M. Sévigny affirme qu’il ressentait l’appel de la politique depuis très longtemps — depuis son élection à titre de représentant de classe au cégep en 1977.

Son nom avait d’ailleurs circulé lors des dernières élections municipales, autant pour la mairie que pour un poste de conseiller. Il avait toutefois fait mentir les rumeurs chaque fois en indiquant vouloir se concentrer sur son entreprise Location Sévigny.

« Cette fois, les astres sont alignés. J’ai eu de belles conversations avec des membres du parti dont monsieur Alain Rayes et les valeurs du Parti conservateur m’animent et me rejoignent. Ici je parlerai particulièrement de la reconnaissance de la place unique du Québec au sein du Canada, le respect des droits et des compétences de la province du Québec, la croyance en l’égalité de tous les Canadiens et la volonté réelle de mettre en place un leadership économique efficace pour un avenir prospère », souligne celui qui a reçu le titre de Grand Estrien en 2018.

L’appel de M. Rayes en 2018 a été un facteur déterminant dans la décision de M. Sévigny de se lancer en politique.

 « Je suis un gars de feeling. Les dernières fois mon feeling me disait que ce n’était pas le bon moment. Toutefois, je n’aurais jamais cru qu’un homme comme Alain Rayes allait m’appeler pour me présenter comme député à la Chambre des communes. Ça a réveillé ma flamme pour la politique. »

Pour Sherbrooke, M. Sévigny promet de s’attaquer au problème de pénurie de main-d’œuvre. Il croit également que la plateforme environnementale du Parti conservateur représente une opportunité pour la ville reine des Cantons-de-l’Est avec ses multiples institutions d’enseignement.

« La plateforme dévoilée dernièrement est une bonne nouvelle puisque l’université est une pépinière de recherches et il y aura des opportunités de développer des nouvelles façons de contrer les GES », croit l’homme originaire de Weedon. 

Le candidat conservateur passera donc les prochains mois à aller à la rencontre des citoyens et des groupes. Il promet par ailleurs de faire une campagne positive.

« Je respecte le député de Sherbrooke actuel. Moi, j’ai l’intention de vendre notre salade à nous, soit de répondre aux besoins des Québécois avec entre autres un seul rapport d’impôt, la nouvelle plateforme environnementale, de la recherche et faire attention à nos électeurs. »

Le portrait se précise de plus en plus dans Sherbrooke en vue des élections fédérales qui se tiendront le 21 octobre. Au moins deux candidats ont l’intention de briguer l’investiture du Parti libéral, soit la notaire Élisabeth Brière et Edwin Moreno, ancien président de la Fédération des communautés culturelles de l’Estrie. L’ex-ministre péquiste de la Santé Réjean Hébert pourrait également se présenter comme candidat. 

Sherbrooke est représentée depuis 2011 par le député néo-démocrate Pierre-Luc Dusseault. En octobre 2015, il a été réélu par plus de 4000 voix sur le libéral Tom Allen.

« Un gouvernement en déroute », selon le chef des conservateurs

Pour Andrew Scheer, les libéraux de Justin Trudeau « rebondissent de scandale en scandale comme dans les années sombres du scandale des commandites ». Le chef du Parti conservateur affirme sentir un appétit pour le changement en vue des élections fédérales de l’automne, particulièrement au Québec. 

Andrew Scheer a profité de sa présence à Sherbrooke devant les médias pour lancer quelques flèches au gouvernement libéral. 

« Justin Trudeau dirige un gouvernement désemparé en pleine déroute », a-t-il affirmé pendant son allocution visant à présenter la candidature de Dany Sévigny dans Sherbrooke. 

« On a vu avec les partielles dans Chicoutimi-Le Fjord, il n’y a aucun siège au Québec qu’on ne peut pas gagner. Je sens sur le terrain un appétit pour le changement. Les gens savent que le NPD ne peut pas livrer [la marchandise] et sont tannés des libéraux de Justin Trudeau, tannés de la corruption et des scandales », croit M. Scheer.

À la vue des derniers sondages majoritairement favorables aux conservateurs, le chef du parti croit que plusieurs circonscriptions québécoises deviendront bleues en octobre. 

« Quand on parle avec les gens des régions, sur chaque question ils sont d’accord avec les idées conservatrices : croissance économique, impôt plus bas, l’importance du Canada sur la scène internationale. [...] Aux prochaines élections, c’est le plan conservateur qui va résonner », assure M. Scheer.

Son lieutenant politique pour le Québec, Alain Rayes, partage l’enthousiasme de son chef. Il se dit particulièrement heureux des candidatures conservatrices au Québec pour le prochain scrutin. 

« Jeudi, nous serons à 73 candidatures trouvées sur 78. On est de loin le parti le plus avancé du côté des candidats. Et une autre belle nouvelle, c’est que nous avons augmenté notre nombre de femmes qui se joignent à nous », souligne M. Rayes qui est d’avis que toutes les candidatures seront annoncées d’ici la fin de l’été.

En Estrie, tous les candidats sont connus, exception faite de la circonscription de Compton-Stanstead.

« On veut marquer le Québec. Présentement nous sommes 11 députés conservateurs au Québec et nous voulons minimalement doubler ce nombre aux prochaines élections. On est confiant d’y arriver, il suffit de trouver LA bonne personne, comme nous l’avons fait à Sherbrooke avec Dany Sévigny. »