La salle de diffusion pour l'enfance et la jeunesse serait construire à côté du Centre des arts de la scène Jean-Besré, à l'angle des rues Wellington Sud et du Dépôt. -

Coup de pouce inespéré pour la salle intermédiaire?

La Ville de Sherbrooke pourrait bien bénéficier d'une subvention inattendue pour la construction du lieu de diffusion spécialisé en théâtre et en danse pour l'enfance et la jeunesse. Le Fonds du Canada pour les espaces culturels de Patrimoine canadien pourrait en effet contribuer pour 2,7 M$, une aide qui devrait être confirmée plus tard au printemps.
Cette nouvelle entraîne une modification du montage financier, ce qui réduit la participation de la Ville au projet de 3,2 M$ à 800 000 $. Dans le même sens, Côté Scène verrait sa contribution passer de 800 000 $ à 500 000 $. Avec l'argent ainsi économisé, la Ville pourrait financer le fonctionnement de la salle intermédiaire avec une contribution de 140 000 $ par année.
Le lieu de diffusion spécialisé, attendu depuis une étude de marché concluante en 2008, serait construit à côté du Centre des arts de la scène Jean-Besré. Il aurait une dimension de 1600 mètres carrés et compterait 300 sièges. Sa programmation principale, en théâtre et en danse, viserait le jeune public. Le coût total du projet est de 8 M$, dont 4 M$ proviendraient du ministère de la Culture et des Communications. Cette subvention est conditionnelle à l'établissement et au dépôt d'un plan de financement définitif précisant la participation d'autres partenaires.
Selon l'échéancier avancé, les plans et devis seraient élaborés en mars 2018 pour une prise de possession en avril 2019.
Tardif s'oppose
Si le conseil municipal a approuvé lundi le dépôt du projet révisé de construction, quatre élus, dont le président du comité de la culture, Pierre Tardif, ont voté contre le dépôt.
« On nous demande de nous prononcer sur le projet alors que plusieurs des informations que nous détenons ne sont qu'hypothétiques et loin d'être confirmées. Avons-nous reçu une confirmation écrite du gouvernement fédéral sur sa contribution de 2,7 M$? Les estimations quant au coût du projet de 8 M$ datent de 2010 alors que la construction ne débuterait qu'en 2018. Donc, huit ans plus tard, n'est-il pas possible que le coût de construction soit nettement plus élevé? Dans un tel cas, qui assumera la différence?
« La Ville de Sherbrooke prévoit signer un bail de 30 ans avec Coté Scène. Un long, très long engagement. Or, qu'arrive-t-il si cet organisme fait faillite ou cesse tout simplement d'exister? Qui, encore une fois, assumera la gestion des activités et leur part des frais de fonctionnement? Dans ce contexte, à titre de président du comité de la culture, je demande que le vote sur ce projet soit reporté à plus tard. »
David Price, Hélène Dauphinais et Jean-François Rouleau ont aussi voté contre le dépôt du projet. « Au lieu de voir ce qu'on sauve comme une économie, on va le redonner de l'autre bord à Côté Scène », déplore Mme Dauphinais.
« Les sorties culturelles des écoles sont en baisse. J'ai peur qu'on cannibalise d'autres salles ou les musées », ajoute-t-elle.
« Quelle est l'urgence? C'est un projet qui sert une campagne électorale plus que la population », a déploré Jean-François Rouleau.
Nicole Bergeron n'y voyait pas un chèque en blanc. « Si le fédéral n'est pas au rendez-vous, nous reviendrons au conseil pour la suite des choses. »
Vincent Boutin insistait qu'il fallait saisir cette chance. « On obtient du financement que nous n'avions pas vu venir. Il vaut la peine d'aller voir si nous pouvons aller chercher cet argent-là. »
Chantal L'Espérance, elle, craignait que de repousser la décision entraîne la perte de l'aide financière. « 2,7 M$ provenant d'une source publique, j'aime autant l'avoir dans ma ville... »