Réal Vigneau, porte-parole du comité du verre de Sherbrooke, s’était adressé aux élus lors du conseil municipal du 3 juin.

Conteneurs à verre: une pétition en ligne est lancée

Le comité du verre de Sherbrooke revient à la charge pour que la Ville aille de l’avant avec la mise en place de dépôts volontaires pour le recyclage du verre sur son territoire. Un mois après avoir soumis son projet au conseil municipal, le comité citoyen estime que le dossier traîne et lance une pétition en ligne pour sensibiliser les citoyens et récolter des appuis.

« C’est trop long parce qu’on est en retard. Il y a longtemps qu’on devrait recycler le verre au Québec. Il faut sortir le verre du bac vert le plus vite possible », martèle le porte-parole du groupe, Réal Vigneau.

Le projet développé par le comité après huit mois de consultations consiste à déployer de 20 à 25 conteneurs principalement dans les cours des SAQ et des supermarchés pour que les Sherbrookois puissent y déposer leurs bouteilles de vin et tous les autres contenants de verre qui sont actuellement mis pêle-mêle avec les autres matières recyclables dans la collecte sélective.

À l’instar de ce qui passe dans d’autres municipalités, dont toute la MRC du Val-Saint-François, le verre ainsi récolté serait acheminé chez les conditionneurs où il serait recyclé en d’autres contenants de verre plutôt que de servir de matériel de recouvrement dans les sites d’enfouissement.

Le comité du verre de Sherbrooke n’a pas chiffré les coûts de sa proposition et s’en remet à la Ville pour en déterminer les derniers détails. 

Le comité a demandé aux élus à la séance du 3 juin « d’étudier sérieusement la faisabilité » de son projet ainsi qu’une rencontre pour en discuter. Mais la rencontre n’a pas encore eu lieu, déplore M. Vigneau.

« Ce qu’on se rend compte, c’est que la Ville manque d’information et ça, ç’a été une surprise pour nous, dit-il. On aurait cru que Sherbrooke était beaucoup plus à la page au niveau des conditionneurs et des possibilités. On dirait qu’on a plus d’informations qu’eux, ça n’a pas d’allure! »

Questions en suspens

La présidente du comité de l’environnement, la conseillère Karine Godbout, confirme qu’elle travaille à faire avancer le projet, mais qu’il subsiste plusieurs questions avant de faire une recommandation au conseil municipal.

Elle pointe entre autres la quantité de verre qui pourrait être ainsi détournée à Sherbrooke, les coûts pour acheminer cette matière à un conditionneur, la pertinence de mettre en place une approche régionale étant donné que d’autres municipalités estriennes ont déjà déployé des conteneurs sur leur territoire, de même que l’impact sur les redevances versées par Recyc Québec.

Mme Godbout souligne également qu’une commission parlementaire doit se pencher sur les enjeux du recyclage et de la valorisation du verre, à l’Assemblée nationale du 12 au 15 août, et que le gouvernement Legault s’est engagé à déposer à l’automne un plan clair sur l’élargissement de la consigne aux contenants de plastique et de verre.

« On voit le mouvement pour le recyclage du verre, conclut-elle, et quelque part, nous aussi on veut se positionner. Mais il ne faudrait pas que Sherbrooke se positionne en faisant fi de tous ces enjeux. Mon rôle, c’est d’essayer d’avoir le plus de données possible pour que le conseil se sente à l’aise d’aller de l’avant. Pour moi, c’est de la bonne gestion d’avancer là-dedans avec précaution. »

« Je pense que la consigne et le dépôt volontaire sont complémentaires, souligne pour sa part Réal Vigneau. Il s’en fait déjà et de toute façon, on ne peut pas mettre tout le verre en consignation. »

On peut signer la pétition au http://chng.it/5PWQxStCyn

Le projet du comité du verre y est également documenté.