Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gouvernement fédéral a accordé une aide de près de 2M$ pour appuyer la construction de 23 logements adaptés aux personnes handicapées à Sherbrooke, explique Raymond Cyr, le directeur général de Handi-Capable.
Le gouvernement fédéral a accordé une aide de près de 2M$ pour appuyer la construction de 23 logements adaptés aux personnes handicapées à Sherbrooke, explique Raymond Cyr, le directeur général de Handi-Capable.

Construction de nouveaux logements sociaux : l'Handi-Cité verra bientôt le jour

Coralie Beaumont
Coralie Beaumont
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Dans le cadre de l’Initiative pour la création rapide de logements (ICRL), le gouvernement fédéral a accordé une aide de près de 2M$ pour appuyer la construction de 23 logements adaptés aux personnes handicapées à Sherbrooke.

Ces fonds iront directement à la construction l’Handi-Cité, un projet immobilier destiné aux personnes autonomes souffrant d’un handicap physique. Pour l’occasion, Justin Trudeau, était d’ailleurs de passage à Sherbrooke ce vendredi 29 janvier pour rencontrer virtuellement Raymond Cyr, le directeur général de Handi-Capable, en compagnie d’Élisabeth Brière, la députée fédérale de Sherbrooke. 

La construction de l’Handi-Cité, qui avait été annoncée dans les pages de La Tribune en janvier 2019, a été retardée notamment en raison d’un manque de financement. « J’étais inquiet, car je me disais qu’il allait nous manquer de l’argent… qu’il nous fallait une mise de fonds » explique Raymond Cyr, le directeur général de l’organisme à l’initiative du projet d’Handi-Cite. 

L’annonce officielle de ce 22 janvier a donc certainement réchauffé le cœur des membres de Handi-Capable, cet organisme qui se voue à l’accompagnement de personnes handicapées physiques, mais autonomes. « On fait de l’éducation pour que les personnes s’acceptent comme elles sont, qu’elles acceptent leur réalité et qu’elles fassent tout ce qu’elles peuvent pour se dépasser », résume M. Cyr. La particularité de l’organisme est que toutes les personnes qui y travaillent ou qui en sont membres ont aussi un handicap physique. « Depuis 1973, on est toujours attentif à nos membres, on les connait. On connait leur handicap et leurs détresses », explique Raymond Cyr. 

Bâtir un milieu de vie

« On veut créer un milieu de vie », annonce M. Cyr qui confirme que tous les locataires ont déjà été sélectionnés pour occuper l’Handi-Cité, ce qui représente une cinquantaine de personnes. « On a choisi des personnes qui ont la capacité, socialement, de vraiment vivre ensemble pour qu’on puisse faire des projets intéressants », ajoute-t-il. 

Il cite l’exemple d’un jeune couple qui attend un enfant. La future mère, qui est paralysée, pourra compter sur le soutien de la communauté de l’Handi-Cité. « Il va y avoir tout autour d’elle un paquet de femmes qui ont déjà eu des enfants et qui vont pouvoir lui donner un coup de main, en plus du papa », se réjouit M. Cyr.  M. Cyr ne cache donc pas sa joie de recevoir ce financement fédéral et provincial. Grâce au financement de l’édifice, l’organisme pourra se permettre d’offrir des activités et des services à ses membres tels qu’un autobus « pour déplacer nos personnes handicapées et leur permettre d’aller au cinéma, par exemple. C’est quelque chose! », pense M. Cyr.

Aide de la communauté Wobtegwa

Outre sa casquette de directeur général d’Handi-Capable, Raymond Cyr est également un sage de la communauté autochtone W8btegwa (« Oies Blanches »). « Ils savent que je suis une personne handicapée et, pour nous les autochtones, une personne handicapée est plus près du créateur que les autres », explique-t-il.

Pour appuyer le projet de M. Cyr, Daniel Lavoie, un retraité membre de la communauté W8btegwa, a construit bénévolement 23 bacs de jardinage en bois de cèdre pour les occupants de l’Handi-Cité. « C’est une façon d’aider le monde », résume humblement M. Lavoie. « Ils en ont besoin et si ça leur donne un léger sourire, même une fois, je vais être heureux. La vie ce n’est facile pour personne, même si t’as pas de handicap alors quand je suis capable de donner un coup de main, je le fais! » ajoute-t-il.

Monsieur Cyr pense que ces bacs seront également une occasion d’être mieux compris par les citoyens. « Quand ils vont voir les personnes handicapées, dans un fauteuil roulant, en train de travailler dans le jardin, les citoyens peuvent se dire qu’on est comme eux ! Ça nous aide beaucoup, car ça nous donne confiance », confie-t-il.

Aussi à Saint-Denis-de-Brompton

Grâce à la conclusion de l’ICRL entre la Société d’habitation du Québec (SHQ) et la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), un investissement de près de deux millions de dollars viendra appuyer la réalisation rapide de projets immobiliers à Saint-Denis-de-Brompton. 

Vingt nouvelles unités de logements destinés aux personnes ainées seront ainsi construites pour répondre à un besoin important en matière d’habitation dans la région. « Actuellement, il y a une demande importante en matière de logements dans notre région. Je suis très heureux que l’accord survenu entre le Canada et le Québec nous permettent de construire rapidement 20 nouveaux logements. Grâce à cet investissement, nous pourrons mieux répondre aux besoins de nos concitoyens qui ont des besoins particuliers en habitation », explique André Bachand, député de Richmond