Benchen Adonias Bala Lopez était coincé au niveau du cou, entre le poteau de la barrière mécanique servant à pousser les vaches vers la salle de traite et le poteau de la structure de l’aire d’attente des vaches, a expliqué Sophie Leclerc, inspectrice à la CNESST.

CNESST : un travailleur agricole n’a eu aucune chance [ANIMATION]

Un travailleur agricole n’a eu aucune chance, en août dernier à Lambton, quand il a eu le cou coincé dans une structure servant à canaliser des vaches vers la traite.

L’accident, survenu le matin du 18 août, a coûté la vie à Benchen Adonias Bala Lopez, un jeune travailleur guatémaltèque de la Ferme Donold Lapointe et fils.

La CNESST a rendu jeudi les conclusions de son enquête sur cet accident du travail mortel.

Le matin de l’accident, M. Bala Lopez s’affairait, avec un collègue, à la traite sur cette ferme comptant 340 têtes dont 165 vaches en lactation. Il terminait la traite du deuxième groupe de vaches alors que son collègue préparait le troisième groupe dans un autre secteur du bâtiment, a raconté Sophie Leclerc, inspectrice à la CNESST.  

Constatant que M. Bala Lopez mettait plus de temps qu’à l’habitude pour revenir l’aider, son collègue est retourné à l’aire d’attente des vaches. Il y a trouvé M. Bala Lopez, coincé au niveau du cou, entre le poteau de la barrière mécanique servant à pousser les vaches vers la salle de traite et le poteau de la structure de l’aire d’attente, a pour sa part indiqué l’inspecteur Sylvain Roy.

Il a actionné la barrière pour dégager son collègue, alors inconscient. Des manœuvres de réanimation ont été entreprises et les secours ont été appelés sur les lieux. M. Bala Lopez a été transporté au centre hospitalier, où son décès a été confirmé le jour suivant. 

Deux causes

L’enquête de la CNESST a retenu deux causes pour expliquer l’accident. Premièrement, la conception de l’aménagement de l’aire d’attente des vaches créait des zones de coincement, accessibles aux travailleurs, lors du déplacement de la barrière mécanique. Aussi, le travailleur circulait dans l’aire d’attente des vaches alors que la barrière mécanique était en mouvement, a mentionné Mme Leclerc.  

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’utilisation de la barrière mécanique servant à pousser les vaches. Son utilisation a pu reprendre après que des modifications permettant d’éliminer les zones de coincement à l’entrée et à la sortie de l’aire d’attente des vaches ont été apportées par l’employeur. De plus, des démarches sont en cours auprès du fabricant de la barrière mécanique et de l’installateur pour éliminer les zones de coincement lors d’installations futures. 

La CNESST a demandé à l’employeur doit s’assurer d’identifier les zones de coincements pouvant représenter un danger pour ses travailleurs et mettre en place les mesures nécessaires. On a demandé par exemple des protecteurs fixes, destinés à rendre ces zones incessibles. 

Les concepteurs de l’équipement doivent s’assurer que les machines et équipements qu’ils vendent, installent et entretiennent sont sécuritaires, notamment par la mise en place de moyens rendant impossible l’accès aux zones dangereuses. 

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête à l’Union des producteurs agricoles afin que leurs membres en soient informés. De plus, le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études Production animale pour sensibiliser les futurs travailleurs agricoles.

On souhaite sensibiliser l’industrie, alors que les installations semblables à celles de la Ferme Donold Lapointe et fils se multiplient dans les campagnes. 

Le Service juridique de la CNESST étudie présentement le dossier à savoir si des accusations peuvent être portées. Robert Laroche, directeur du Service de la prévention et inspection, note que des amendes pouvant atteindre plusieurs milliers de dollars pourraient être imposées.

Benchen Adonias Bala Lopez était coincé au niveau du cou, entre le poteau de la barrière mécanique servant à pousser les vaches vers la salle de traite et le poteau de la structure de l’aire d’attente des vaches.