Jean Perrault, président de la Coopérative de solidarité La Tribune : « On doit saluer les employés qui participent en offrant une partie de leur salaire, les institutions et les entrepreneurs qui font aussi confiance au projet. »

CN2i a « sa destinée entre ses mains »

C’est avec un soupir de soulagement que plusieurs intervenants de la relance de La Tribune ont appris la conclusion définitive du montage financier de la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i).

À commencer par Jean Perrault, président de la Coopérative de solidarité La Tribune. « C’était souhaité depuis longtemps », lance-t-il.

À LIRE AUSSI: Financement complété: les six quotidiens de la Coop de l’information vont de l’avant

La Coopérative nationale de l’information indépendante sur la ligne de départ

Une victoire collective

« La Coopérative nationale de l’information indépendante a maintenant sa destinée entre ses mains. Je me réjouis pour l’ensemble des employés qui ont fait preuve d’une grande maturité depuis le début. »

Le financement, qui provient de sept partenaires majeurs, confirme ainsi le maintien des activités de La Tribune et des cinq autres journaux régionaux, soit Le Droit à Gatineau et Ottawa, Le Nouvelliste à Trois-Rivières, Le Quotidien au Saguenay−Lac-Saint-Jean, Le Soleil à Québec et La Voix de l’Est à Granby.

Hugues Grimard, président de la Table des MRC de l’Estrie, n’en pense pas moins. « C’est une très bonne nouvelle, se réjouit le maire d’Asbestos. J’avais bon espoir que ça fonctionne. »

« Nous avons travaillé fort pour la relance de La Tribune. C’est une nécessité qu’une région comme la nôtre puisse compter sur un média comme cela pour diffuser ce qui se passe chez nous en Estrie. »

M. Grimard dit avoir reçu des appels de maires de la région lui faisant part de l’importance de supporter le journal quotidien sherbrookois.


« Il y a aussi les citoyens qui ont embarqué. C’est un bon présage. »
Jean Perrault

Mobilisation

Jean Perrault fait remarquer que la communauté s’est rapidement mobilisée pour soutenir le quotidien sherbrookois, depuis l’annonce de la faillite du Groupe Capitales médias, en août dernier. On a amassé près de 2,6 millions $ sous différentes formes auprès d’acteurs régionaux.

« On doit saluer les employés qui participent en offrant une partie de leur salaire, les institutions et les entrepreneurs qui font aussi confiance au projet », a énuméré l’ancien maire de Sherbrooke, quelques minutes après que la nouvelle a été confirmée, mercredi après-midi.

« Il y a aussi les citoyens qui ont embarqué. C’est un bon présage. Comme président, je suis très encouragé. On peut parler d’un regain de vie de La Tribune. Maintenant, il faut chercher à développer une fondation qui nous permettra de réunir des fonds. »

« Tout reste à faire »

La nouvelle de mercredi après-midi a aussi été reçue avec joie par les employés de La Tribune. « La signature des ententes de financement vient sceller un long processus, un marathon entrepris au mois d’août dernier », a indiqué Isabelle Pion, journaliste et secrétaire de la coopérative de solidarité La Tribune.

« C’est une excellente nouvelle. Et en même temps, tout reste à faire. Notre équipe travaille très fort pour se réinventer tout en produisant un journal quotidiennement. Nous avons encore de beaux et grands défis devant nous. J’en profite pour remercier la communauté, qui est toujours derrière nous. »

La coopérative profite de cette bonne nouvelle pour lancer une campagne de sollicitation des membres de soutien, ajoute Mme Pion. Les gens intéressés à le devenir peuvent écrire à ipion@latribune.qc.ca et la secrétaire de la coopérative leur enverra un formulaire d’adhésion.

Rappelons que La Tribune a aussi lancé son café en décembre dernier, en collaboration avec Café Hubert Saint-Jean. « L’initiative connaît un beau succès! », dit-elle.