Des wagons sont stationnés au centre-ville de Sherbrooke.

CMQR dévoilera le contenu de ses wagons à la Ville

La compagnie de chemin de fer Central Maine & Quebec Railway (CMQR) fera preuve de plus de transparence en ce qui concerne les marchandises qui circulent sur le territoire de Sherbrooke et sur les améliorations de la voie ferrée.

Une rencontre s’est tenue lundi entre le coordonnateur des mesures d’urgence à la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau, et le président exécutif Exploitation de la compagnie CMQR, M. Ryan Ratledge, concernant la sécurité ferroviaire sur le territoire de Sherbrooke, et sur l’ensemble du corridor Lac-Mégantic-Farnham.

« J’ai obtenu l’assurance que nous recevrons les informations concernant le contenu des wagons qui transitent sur notre territoire et que les 253 anomalies observées sur la voie ferrée en 2018 avaient été réparées », a indiqué M. Simoneau dans un communiqué de presse. 

Au terme de la rencontre, la Ville de Sherbrooke s’est dite confiante d’avoir établi un contact opérationnel direct avec les dirigeants de la compagnie CMQR, signale un communiqué de presse diffusé lundi après-midi.

« C’est un pas dans la bonne direction et nous garderons contact afin que des gestes concrets soient posés visant à rassurer la population en tout temps », a soutenu M. Simoneau.

Lundi dernier, en assemblée publique, le conseil municipal a adopté une résolution réclamant des actions immédiates de Transports Canada et de CMQR pour confirmer que les infrastructures ferroviaires étaient sécuritaires, tant pour le transport des marchandises que des passagers. Selon Transports Canada, 253 anomalies avaient été décelées en 2018 sur le chemin de fer reliant Lac-Mégantic et Farnham.

Le conseil municipal avait alors mandaté Stéphane Simoneau pour assurer le lien avec le ministère fédéral et la compagnie ferroviaire.

À la suite d’une rencontre d’une durée d’environ une heure, le coordonnateur aux mesures d’urgence a présenté à la compagnie ferroviaire la résolution du conseil municipal tout en faisant part de l’inquiétude des élus municipaux, des comités de citoyens et de la population en général concernant l’état actuel des voies ferrées.