Claude LeBlanc

Claude LeBlanc renonce à la mairie

Après avoir renoncé à devenir le chef du parti Sherbrooke Citoyen, le grand bénévole Claude LeBlanc annonce cette fois qu'il ne participera pas à la course à la mairie.
En réflexion depuis plusieurs mois, l'ancien gardien de prison de 71 ans a laissé tomber l'idée de se présenter comme candidat à la mairie, principalement parce qu'il ne croit pas être disponible pour deux mandats, dans l'éventualité où il serait élu.
« Souvent, le premier terme, c'est pour préparer les choses, et le deuxième, pour les réaliser, dit M. LeBlanc. Mais je suis trop âgé pour pouvoir être là pendant deux mandats. Ce ne serait pas honnête de ma part d'aller là juste pour un mandat et de partir par la suite. »
« Contrairement à notre maire qui souhaite se présenter pour une troisième fois, je crois que deux mandats sont nécessaires et c'est un minimum, pour ne pas dire un maximum », ajoute-t-il.
Même s'il ne sera pas le prochain maire, Claude LeBlanc espère que les élections municipales de 2017 se dérouleront sous le signe du changement. Selon lui, la Ville « manque de leadership » et a grand besoin de « sang neuf ».
« Ce qui se passe depuis des années, ça n'a pas de bon sens, déclare-t-il. Il faut que ça change. »
« Je n'ai rien contre M. Sévigny, mais il disait à la radio cette semaine qu'il se promenait dans plein de villes... Je pense qu'avec ce qui se passe à Sherbrooke, il devrait rester chez lui un peu. »
M. LeBlanc reproche notamment à la Ville d'« investir l'argent du public » pour la réalisation du quartier Well inc. - un « projet pas trop défini » -, en espérant que « suive le privé ».
« Il y a des bonnes choses à faire avec la rue Wellington, mais le milieu des affaires n'est plus là, affirme-t-il. Il s'est déplacé au coin de King et Jacques-Cartier, il progresse vers l'ouest. (...) La Ville nous dit que l'on doit développer avant que le privé investisse. On devrait penser le contraire. Dans combien d'années un résultat rentable? Peut-être jamais. »
Le bénévole bien connu dans la région déplore également que les conseillers municipaux fassent de « l'opposition systématique » plutôt que de « bien répondre aux demandes de [leurs] concitoyens et proposer des projets pour [leur] arrondissement ».