Benoit Lemire, contremaître, la conseillère Chantal L'Espérance, Sylvie L. Bergeron, de Destination Sherbrooke, le conseiller Paul Gingues et Roger-Pier Mercier, de la division parcs et espaces verts.

Cinq nouvelles mosaïques s’ajoutent

Déjà croquées et partagées les réseaux sociaux depuis quelques semaines, les sculptures végétales du Circuit art et mosaïques de Sherbrooke sont de retour pour une deuxième année. Cinq nouvelles structures s’ajoutent à la quinzaine de 2018 pour le plaisir des randonneurs urbains.

L’apparition des nouvelles créations et le déplacement-surprise de l’une d’elles auront intrigué bien des Sherbrookois, y compris la présidente de l’arrondissement des Nations, Chantal L’Espérance.

« J’avais vu le Jardinain Gustave sur King Ouest et à un moment donné, j’ai appris par les gens qui m’écrivaient dans les médias sociaux que le nain de jardin avait disparu. J’ai dit « bien voyons, disparu, il est bien trop gros! », mais les gens se demandaient s’il avait été brisé ou volé... Finalement, ma collègue Annie Godbout, qui est présidente de Destination Sherbrooke, l’a trouvé au Pif! », relate en riant la conseillère.

Présentement, la statue mobile d’une hauteur de neuf pieds est installée au centre-ville pour le Sherblues & Folk, à la suite de quoi elle fera un tour vers le parc Jacques-Cartier pour faire acte de présence à la Fête du lac des Nations, et ainsi de suite. D’ailleurs, le nain géant sera endimanché pour chaque occasion avec différents accessoires, incluant un bâton de baseball pour le Pif et une guitare électrique pour le Sherblues & Folk.

Autre œuvre majeure parmi les nouveautés de cette année : l’imposant canard de bain Sherbyducky, à l’ombre duquel a eu lieu le lancement officiel de la deuxième mouture du Circuit art et mosaïques, mercredi matin.

De nouvelles structures s’ajoutent également à côté du Bureau d’information touristique et le long de la promenade du Lac des Nations.

« C’est un bon défi, on a travaillé fort pour trouver les concepts des cinq nouveautés! », indique Benoît Lemire, contremaître en horticulture, en soulignant le travail remarquable réalisé par les artisans qui incluent des soudeurs, des horticulteurs, un menuisier, une équipe d’entretien et d’arrosage et ainsi de suite. Il y a même un carrossier s’est joint à l’aventure en produisant certaines pièces de métal telles que le bec du canard ou le chapeau du nain.

Les artisans derrière le circuit tout comme les élus partagent la confiance que ce projet continuera de grandir et rejoindra les murales à titre d’attraction estivale iconique de la ville.

« Le terrain est grand, à Sherbrooke, on peut en ajouter chaque année! », lance comme une promesse la vice-présidente de Destination Sherbrooke, Sylvie-Luce Bergeron.

Pour trouver les différentes œuvres d’art urbain disséminées dans la ville, pour suivre Gustave ou pour toute autre information sur le circuit, rendez-vous sur le site Web de Destination Sherbrooke.