Une voie de virage à droite sera ajoutée sur la route 220, en direction Saint-Élie, pour les automobilistes souhaitant s’engager sur l’autoroute 10

C'est parti sur la route 220

C’est parti pour quatre semaines de travaux sur la route 220, près des intersections avec les chemins Godin et Dion. Jusqu’à la fin de la semaine, une voie sera fermée en direction de Saint-Élie entre les rues Saint-Jacques et Godin.

« Il faut s’attendre à des ralentissements aux heures de pointe, matin et soir », indique Dominique Gosselin, porte-parole du ministère des Transports à la direction régionale de l’Estrie.

Elle en appelle donc à la patience des automobilistes, qui devront prévoir un temps plus long pour leurs déplacements. « Il faut vraiment voir le dossier de la route 220 comme un projet global pour remédier aux problèmes de ralentissement. Nous voulons régler le problème à long terme en anticipant les besoins futurs. »

Trois interventions sont prévues. La première, tant à l’intersection avec le chemin Godin qu’à l’intersection avec le chemin Dion, se tiendra dans les prochaines semaines. « Il s’agit de modifier le marquage au sol pour permettre de s’insérer en double sur la 220 à partir du chemin Dion », explique notamment Mme Gosselin. Une voie de virage à droite exclusive à l’approche est du chemin Godin, en direction Saint-Élie, sera aussi ajoutée. 

La deuxième intervention, planifiée pour l’an prochain, consistera à construire une passerelle adjacente au viaduc enjambant l’autoroute 10 pour permettre le passage des piétons et des cyclistes. « La séquence des travaux a été choisie pour avoir un impact immédiat sur la circulation. »

La troisième phase, qui consiste en une voie de virage à gauche dans les deux sens, une voie centrale réservée au virage à gauche, sera ajoutée d’ici 2022. « Nous enregistrons chaque jour des milliers de virages à gauche pour accéder aux commerces. »

Chemin Rhéaume

Les résultats de l’étude qui pourrait permettre de réduire le risque de collision à l’intersection de la route 220 et du chemin Rhéaume ne sont toujours pas connus, mais sont attendus cet automne. Selon Dominique Gosselin, la direction régionale devra analyser les conclusions du rapport avant d’entreprendre des discussions avec la municipalité. « Étant donné la nature des travaux, il faudra probablement les planifier, donner le mandat pour des devis et ensuite pour leur réalisation. Nous ne savons pas si nous devrons faire l’acquisition de terrains non plus. »

Le ministère espère donc statuer sur une solution cet automne, mais ne peut pour le moment confirmer si les travaux, le cas échéant, seront réalisés en 2020 ou plus tard.

Rappelons que les citoyens du secteur déplorent la quantité de collisions latérales intervenues dans les dernières années à cette intersection. L’ajout de feux de circulation, la construction d’un carrefour giratoire et le déplacement complet de l’intersection sont des scénarios à l’étude auprès d’experts en conception routière.