Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette, s’est arrêté à l’Hôpital Fleurimont vendredi matin pour annoncer dès le printemps le début des travaux préparatoires en vue d’accueillir le Centre mère-enfant et la nouvelle urgence en présence du maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et des députés de Sherbrooke et de Saint-François, Luc Fortin et Guy Hardy.

Centre mère-enfant : les travaux débuteront en mai

Les usagers de l’Hôpital Fleurimont devront s’habituer très rapidement à entendre les coups de marteaux et à voir les camions de construction circuler sur le site. Après 14 ans d’attente, c’est enfin officiel : les travaux préparatoires en vue d’accueillir le Centre mère-enfant et la nouvelle urgence de l’Hôpital Fleurimont s’amorceront dès le mois d’avril.

« C’est un point de non-retour : le Centre mère-enfant et l’urgence de l’Hôpital Fleurimont seront construits. » Ces paroles sont celles du ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette, qui était à l’Hôpital Fleurimont vendredi matin pour en faire l’annonce. Le Conseil des ministres a donné son approbation au projet et la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS a donc reçu l’autorisation vendredi de lancer l’appel d’offres pour la première phase des travaux préparatoires de ce centre espéré et attendu depuis 14 ans.

Le contrat pour la première phase des travaux devrait être accordé en avril au plus tard, pour un début des travaux presque instantanément.

La phase 1 des travaux est celle des « travaux préparatoires » (voir autre texte), qui s’échelonneront jusqu’au mois de septembre.

Une fois ces travaux préparatoires terminés, on passera à la phase 2 dès le début de l’automne, celle de la construction du bâtiment. Le projet sera d’une durée d’environ deux ans, un « délai normal dans ce genre de projet » selon le ministre Barrette.

Rappelons que le projet de 198 M$ prévoit la construction d’un bâtiment d’environ 26 394 mètres carrés, qui accueillera les départements consacrés à la jeunesse et à la famille, soit la pédopsychiatrie, la pédiatrie, la maternité, la néonatologie, de même que la nouvelle urgence.


« La livraison du bâtiment est prévue pour décembre 2020. Ensuite, il faut quelques mois pour en finir l’aménagement. Les premiers patients devraient être accueillis en avril 2021. »
Stéphane Tremblay, directeur général adjoint au CIUSSS de l’Estrie-CHUS

« La livraison du bâtiment est prévue pour décembre 2020. Ensuite, il faut quelques mois pour en finir l’aménagement. Les premiers patients devraient être accueillis en avril 2021 », explique Stéphane Tremblay, directeur général adjoint au CIUSSS de l’Estrie-CHUS et qui vivait hier la « réalisation d’un rêve professionnel » puisque, comme pédiatre, il a participé aux premières ébauches du projet il y a 14 ans.

Ce projet qui frôle les 200 millions $ aura quelle valeur ajoutée pour les usagers, les visiteurs et le personnel du centre hospitalier universitaire? On peut résumer par : des espaces plus vastes et plus appropriés pour les patients, les visiteurs et les étudiants en médecine. Fini les chambres à quatre ou même à deux et les civières dans les couloirs de la salle d’urgence.

« Les chambres seront individuelles. On va donner de la place à l’usager, mais aussi à ceux qui les accompagnent », ajoute Stéphane Tremblay en mentionnant que la présence des parents ou d’autres proches est particulièrement importante pour les enfants.

À la fin du processus, le CHUS Fleurimont n’aura pas davantage de lits d’hospitalisation à son permis, mais on y aura ajouté 14 civières à l’urgence, qui passera ainsi d’un permis de 28 à 42 civières. À titre comparatif, l’urgence du CHUS Hôtel-Dieu en compte 44.

« Ça va normaliser des civières qui sont déjà là, mais qui se trouvent dans les corridors depuis longtemps », explique Gaétan Barrette.

Le Centre mère-enfant viendra quant à lui avec un budget de fonctionnement supplémentaire de 7,3 millions $ par année « même si aucun service supplémentaire ne sera donné ». « Quand on ajoute des pieds carrés dans une installation, il faut marcher beaucoup plus. Il faut entretenir cet espace-là et il faut plus de personnel pour gérer le même nombre de lits étant donné la distance », ajoute le ministre de la Santé et des Services sociaux.

Après 14 ans d’attente, c’est enfin officiel : les travaux préparatoires en vue d’accueillir le Centre mère-enfant et la nouvelle urgence de l’Hôpital Fleurimont s’amorceront dès le mois d’avril.

Axes routiers et stationnements visés dès le début des travaux

Les usagers de l’Hôpital Fleurimont verront rapidement les effets du début des travaux préparatoires à la construction du Centre mère-enfant. En effet, les axes routiers qui mènent à l’hôpital et les stationnements seront changés dès le début des travaux.

Une partie du stationnement des visiteurs sera ainsi relocalisée en deux parties sur le site, une partie près de la Maison Aube-Lumière et l’autre partie près de la faculté de médecine et des sciences de la santé derrière l’hôpital.

Une partie du stationnement des employés sera aussi déplacée. « Nous déplaçons 471 cases et à la fin du processus, il y aura exactement le même nombre de cases », explique le directeur général adjoint du CIUSSS de l’Estrie-CHUS Stéphane Tremblay.

Des trottoirs seront également aménagés pour faciliter leur circulation entre les stationnements et les bâtiments durant les longs travaux.

La direction du CIUSSS est consciente que ces changements amèneront sans doute un peu de stress chez les usagers dans les premiers temps. Forte de son expérience acquise après l’implantation des nouveaux horodateurs, qui ont suscité une forte contestation de la part des usagers, la direction a déjà prévu fournir un soutien important aux visiteurs au cours des travaux. « C’est déjà prévu que nous aurons du personnel en place dans les périodes de pointe pour aider les gens à s’y retrouver », ajoute le Dr Stéphane Tremblay.

Enfin, il y aura la construction d’un garage temporaire pour les ambulances à l’avant de l’Hôpital Fleurimont. « Nous allons entreprendre des travaux à l’intérieur de la salle d’urgence actuelle : construction et déplacement de la salle d’attente temporaire, de l’accueil et du triage vers l’avant et de l’urgence dans un premier temps », ajoute Stéphane Tremblay.

Ces travaux devraient se terminer en septembre pour laisser place à la deuxième et dernière phase, celle de la construction du bâtiment lui-même.