Marie-France Bélanger

Cégep: le mandat de la DG pourrait être contesté

Les membres du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke (SPECS-CSN) seront appelés à se prononcer sur une proposition demandant au conseil d’administration de l’établissement de ne pas renouveler le mandat de la directrice générale, Marie-France Bélanger.

Selon la présidente du SPECS, Julie Dionne, il s’agit d’une proposition qui a été déposée par un membre. 

« Il nous a écrit pour dire qu’il avait l’intention de faire cette proposition. On a voulu aviser les membres que ce serait déposé. On avertit la communauté pour qu’elle puisse se faire une tête », note Julie Dionne. 

Différents scénarios sont sur la table : la proposition pourrait être appuyée par un autre membre et faire l’objet d’un vote, elle pourrait aussi être rejetée. Il s’agira d’un vote secret, note la présidente de l’instance syndicale, qui représente environ 518 membres. 

« Considérant que le bilan de la direction générale au cours des 10 dernières années est décevant et mitigé; considérant que la direction générale ne semble pas avoir une vision et une stratégie claires pour répondre aux défis des cinq prochaines années; considérant qu’après deux mandats de cinq ans, il est venu le temps d’un changement à la direction générale [...] L’assemblée générale du SPECS demande au conseil d’administration de ne pas renouveler le mandat de la directrice générale », peut-on lire dans la proposition dont La Tribune a obtenu copie. 

En entrevue récemment, Mme  Dionne avait indiqué que le syndicat déposerait un bilan au comité des ressources humaines au sujet du renouvellement de mandat de Mme Bélanger après avoir consulté les membres; l’instance n’avait pas l’intention de formuler de recommandation. Certains membres ont fait part de leurs interrogations sur le nombre limite de mandat, par exemple.

Rappelons que la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger, demande le renouvellement de son mandat, qui se terminera en juin prochain. Si le conseil d’administration donnait le feu vert, la directrice en serait à son troisième mandat et serait en poste pour cinq ans. Mme Bélanger est à la direction générale depuis 2010. 

Julie Dionne

Les membres devront aussi se prononcer sur les critères de répartition des ressources, un sujet délicat entre la direction et l’instance syndicale, à l’origine de la crise survenue le printemps dernier au Cégep de Sherbrooke. Le SPECS, alors présidé par Steve McKay, avait réclamé la démission de la directrice générale. 

L’établissement a mis en place un plan de résorption de la surembauche afin de rembourser 767 000 $ au cours des deux prochaines années, ce qui se traduit par l’équivalent de 8,6 enseignants à temps complet.

La surembauche s’explique notamment par le fait que le gouvernement finance les institutions collégiales selon le nombre d’étudiants inscrits. Or, les prévisions de l’effectif étudiant en début d’année diminuent parfois en cours d’année, alors que les professeurs sont embauchés à la rentrée en fonction des prévisions. Les critères de répartition des ressources sont liés à ce dossier. 

Le conseil d’administration de l’institution avait donné son appui à Mme Bélanger, tout comme les deux autres syndicats.

Par ailleurs, le SPECS s’inquiète du fait qu’il n’a pas encore obtenu les fonds nécessaires afin de dégager des ressources pour des étudiants en situation de handicap. Ces sommes concernent cinq professeurs qui sont dégagés afin de faire le lien avec les ressources adaptées, pour répondre aux besoins d’étudiants présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ou encore des difficultés d’apprentissage comme la dyslexie, explique Julie Dionne. 

« On attend la confirmation du budget pour avoir cette ressource », souligne-t-elle en rappelant qu’il s’agit d’une « obligation légale » de répondre aux besoins de ces étudiants.