Il est illégal de fumer du tabac ou du cannabis dans les parcs de la Ville de Sherbrooke. Le Service de police de Sherbrooke fera appliquer le règlement municipal lors de la Fête du lac des Nations.

Cannabis à la Fête du lac: le SPS appliquera le règlement municipal

Le cannabis a beau avoir perdu son caractère criminel, il sera interdit d’en fumer sur le site de la Fête du lac des Nations qui s’ouvre mardi.

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) fera appliquer tout simplement le règlement municipal qui stipule qu’il est interdit de fumer dans les parcs de la Ville de Sherbrooke.

« La consommation de cannabis était illégale au niveau criminel et on nous disait qu’il y en avait sur le site de la fête. Il faut savoir que c’est plus difficile d’application. Il y a plusieurs contraintes pour le service de police pour ce qui est des infractions criminelles. Ça nécessite plus de ressources. Ça prend plus de temps à traiter », signale à La Tribune Samuel Ducharme, porte-parole du SPS.

« Mais une infraction au règlement municipal, c’est très simple à faire. Les policiers sur place vont pouvoir le faire. C’est rapide. »

Les contrevenants s’exposent à une amende quand même salée. On parle d’un constat d’infraction de 150 $ pour les frais, pour un total de 223 $, ajoute M. Ducharme.

« Il n’y aura pas d’effectifs supplémentaires pour la Fête du lac des Nations. Il y aura le même nombre de policiers qu’habituellement, dit-il. Le duo de policiers affectés à la surveillance des parcs sera sur place pour faire appliquer le règlement municipal. »

« On ne fait pas de chasse aux sorcières. On le dit ouvertement. Nous serons sur place pour faire appliquer le règlement municipal. C’est illégal de fumer dans les parcs de la Ville. »

Au cours des derniers mois, le SPS rapporte une dizaine de cas nécessitant un constat d’infraction pour avoir consommé du cannabis dans les parcs municipaux. M. Ducharme ne considère pas que ce bilan ne reflète pas un problème important à Sherbrooke actuellement.

« Ces constats ont été émis par l’équipe de surveillants des parcs et par des patrouilleurs. On ne peut pas parler d’un problème. On parle de cas isolés. » 

« La légalisation du cannabis, c’est quand même nouveau, fait-il remarquer. Ce n’est pas tout le monde qui est au courant. Les gens doivent s’adapter. C’est légal de consommer, mais c’est illégal de le faire dans les parcs. On ne va pas se mettre à courir après les gens qui consomment. Ça ne devient pas un mandat non plus. »