La STS réclamait 800 000 $ pour l’aider à boucler son budget d’exploitation.

Budget Legault 2020: la STS espère encore

Le nom de la Société de transport de Sherbrooke n’a pas été évoqué, lors du dévoilement du budget 2020 du gouvernement Legault, alors que des projets de transport collectif seront financés à Québec, Gatineau, Montréal, Laval et Longueuil. Si la députée de Sherbrooke Christine Labrie estime que l’Estrie a été oubliée, le président de la STS, Marc Denault, ne perd pas espoir de voir des sommes attribuées à Sherbrooke cette année.

« Non seulement le budget de la CAQ n’est pas à la hauteur pour lutter contre les changements climatiques, mais en plus il ne répond pas aux besoins des régions en matière de transport collectif », a déclaré Christine Labrie dans un communiqué.

Elle déplore que la STS ne reçoive pas d’argent pour soutenir ses frais d’exploitation.

« Ça veut dire que non seulement la CAQ n’investit pas suffisamment dans les projets de transport structurants, mais elle fait reposer sur les villes et les usagers l’amélioration des services, par exemple la fréquence des passages ou l’élargissement des horaires. Le gouvernement du Québec n’investit pas pour que les sociétés de transport puissent répondre à la demande croissante de services. »

Marc Denault considère que la journée de mardi a été mouvementée et se dit préoccupé que le budget ne « concorde pas avec les orientations du Plan de mobilité durable du gouvernement d’augmenter de 5 % les offres de service annuellement ». « À Sherbrooke, ce sont 53 % de nos GES qui viennent du transport et ce que nous proposons pour réduire ces émissions est très concret. J’ai pris quelques minutes lundi pour faire part de mon inquiétude au maire, qui se trouvait à Québec pour le budget. »

L’Association du transport urbain du Québec allait dans le même sens dans un communiqué publié mardi. « Les sociétés de transport s’interrogent au sujet du niveau de financement des frais d’exploitation requis à la mise en œuvre des augmentations annuelles d’offres de services de 5 % prévues à la Politique de mobilité durable, montant d’autant plus important pour les sociétés desservant les villes de tailles intermédiaires, dont plusieurs projets visent l’atteinte de cet objectif ambitieux du gouvernement. »

Rencontres d’élus

M. Denault rapporte que pour la première fois, la STS avait organisé des rencontres avec tous les élus de la région pour leur expliquer ses projets et les enjeux financiers qui y sont rattachés. Sherbrooke réclamait 800 000 $ par année pour bonifier ses services et ajouter des lignes à haute fréquence et des lignes express. « À certains endroits, nous aimerions avoir un bus aux dix minutes, mieux desservir les axes d’est en ouest et ajouter de la desserte à Rock Forest et Fleurimont. Nous avons aussi des outils pour les voyageurs qui doivent être mis à jour. »

Le président de la STS ajoute l’arrivée des autobus électriques, qui pourrait nécessiter des investissements en immobilisations de 25 M$, notamment pour adapter les installations pour l’entretien et la recharge des véhicules.

« Dans le Plan québécois des infrastructures, il y a beaucoup de projets encore en planification. Nous ne voulons pas être les grands oubliés. Les autres villes ont des projets majeurs qui nécessitent des études, des plans et de l’ingénierie. Nous comptons plutôt sur l’ajout de fréquence et l’amélioration de nos performances. Nous continuerons d’envoyer le message que nous n’avons pas besoin de plusieurs millions et que nous sommes prêts à agir dès cet automne. Le budget n’est pas attaché au complet encore et nous espérons que des montants additionnels viendront pour des projets d’exploitation. »

Marc Denault garde donc espoir que le ficelage de projets permettra à Sherbrooke de toucher des sommes dont elle a besoin.

La STS souhaite fixer un rendez-vous avec le ministre des Transports et ministre responsable de l’Estrie, François Bonnardel, pour lui communiquer ses attentes. Elle attendra toutefois le résultat de l’exercice de consultation du 25 mars à 18 h 30, au Théâtre Granada, avant de procéder.