Une dizaine de représentants des groupes communautaires de l’Estrie se sont réunis au Cégep de Sherbrooke afin d’écouter le discours du budget, mardi.

Budget fédéral: des avancées… à mesurer en région

Les groupes de femmes de l’Estrie saluent les « avancées » contenues dans le budget Morneau afin de réduire les inégalités, mais il reste encore beaucoup de chemin à faire avant de parler d’un tournant historique au chapitre de l’égalité des sexes.

« L’équité salariale, c’est une des composantes des inégalités entre les hommes et les femmes, mais ce n’est pas la seule », a souligné Marie-Eve Rheault, de ConcertAction femmes Estrie, lors de l’écoute collective du budget qui a réuni une dizaine de représentants d’organismes communautaires de l’Estrie, mardi, au Cégep de Sherbrooke.

Lire aussi: Un budget fédéral pour la classe moyenne et l'égalité des sexes

Mme Rheault a cité l’exemple de la Loi québécoise sur l’équité salariale, qui n’a toujours pas atteint ses objectifs, malgré des modifications apportées en 2009 : « Cela fait 10 ans que cette loi a été modifiée et on parle encore d’inéquité au Québec », a-t-elle rappelé.

Mme Rheault a également exprimé le souhait qu’Ottawa fasse appel aux groupes de femmes dans la mise en œuvre des mesures prévues dans le budget. « Les groupes de femmes possèdent une expertise qui n’est pas mise à profit actuellement. Cela permettrait au gouvernement de mesurer concrètement l’impact de ses politiques sur la réduction des inégalités. »

Soutien apprécié

En matière d’éducation, Steve McKay, président du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke, s’est réjoui de l’enveloppe de 3,9 milliards de dollars sur cinq ans destinée à soutenir la recherche scientifique. « Par les années passées, le soutien à la recherche scientifique était très axé sur les besoins de l’industrie. Maintenant, on parle de recherche fondamentale. Le prof de philo que je suis est très content. Reste à voir comment cela va s’articuler et dans quelle mesure le Cégep peut aller chercher des fonds », a exprimé M. McKay.

Concernant l’aide aux aînés, Sylvie Bonin, de l’ACEF Estrie, aurait aimé que le ministre Morneau annonce le versement du Supplément de revenu garanti aux quelque 450 000 Canadiens qui en sont toujours privés. « On a annoncé qu’à partir de 2018, ceux et celles qui y ont droit l’auront automatiquement, mais ça ne corrige pas le cas de ceux qui ne l’ont pas eu dans le passé parce qu’ils ne l’ont pas demandé. Et comme c’est un budget axé sur l’équité, et que la pauvreté chez les aînés touche surtout les femmes, je me serais attendue à une annonce en ce sens-là. »