Des employés du chemin de fer St-Laurent & Atlantique se sont rendus sur place vers 9 h pour vérifier l’état des lieux.
Des employés du chemin de fer St-Laurent & Atlantique se sont rendus sur place vers 9 h pour vérifier l’état des lieux.

Blocus ferroviaire: un individu arrêté au centre-ville

Un individu qui a accroché deux banderoles sur les feux clignotants du chemin de fer au centre-ville de Sherbrooke a été arrêté tôt vendredi matin.

Le Service de police de Sherbrooke confirme qu’un homme de 26 ans a été arrêté puis interrogé par les enquêteurs.

Aucun détail supplémentaire n’est cependant fourni par le SPS.

Vers 6 h, le manifestant a accroché une bannière « Shut Down KKKanada » sur les feux clignotants des barrières permettant de barrer la rue au passage à niveau au centre-ville de Sherbrooke.

La bannière a rapidement été retirée par les services de la Ville de Sherbrooke.

Partout au pays, des manifestants dénoncent la construction d’un gazoduc passant sur le territoire de la Première Nation Wet’suwet’en dans le nord de la Colombie-Britannique. Le projet permettrait d’acheminer du gaz vers les marchés asiatiques.

À LIRE AUSSI: Le maire Deshaies occupe la voie ferrée à Louiseville: «Ça s’en vient le free-for-all»

Aucun dommage

Des employés du chemin de fer St-Laurent & Atlantique se sont rendus sur place vers 9 h pour vérifier l’état des lieux. Aucun dommage ou blocage n’a été constaté.

La porte-parole de la compagnie de chemin de fer St-Laurent &

Atlantique, Claudine Bois, rappelle qu’il est formellement interdit de se trouver sur les emprises des chemins de fer.

« Nous respectons le droit de manifester et la liberté d’expression. Cependant, personne ne doit se trouver sur l’emprise d’un chemin de fer. C’est non seulement illégal, mais extrêmement dangereux tant pour le public que pour nos employés. C’est une question de sécurité », explique Mme Bois.

Elle explique que sur le plan provincial, les articles 37 à 39 de la Loi sur la sécurité du transport terrestre guidé peuvent être appliqués.

Les contrevenants sont passibles d’une amende de 200 $ à 500 $ dans le cas d’une personne physique et de 400 $ à 1000 $ dans le cas d’une personne morale.

Sur le plan fédéral, ce sont les articles 26.1 et 26.2 sur l’interdiction d’accès aux lignes de chemin de fer de la Loi sur la sécurité ferroviaire qui peuvent s’appliquer. « Il est interdit de pénétrer, sans excuse légitime, sur l’emprise d’une ligne de chemin de fer. », précise la loi.

Malgré une injonction, des manifestants bloquent des voies ferrées partout au Canada. Avec La Presse canadienne