L'arrivée de Bitfarms ne suscite aucune inquiétude en matière de tarifs chez Hydro-Sherbrooke.

Bitfarms: un impact positif sur la contribution d'Hydro aux finances de la Ville

L'émergence des mines de cryptomonnaie a soulevé des inquiétudes, dans les dernières semaines, à Hydro-Québec, qui voulait établir des lignes directrices pour la guider dans le choix de ses projets. La MRC de Brome-Missisquoi, elle, a décrété un moratoire sur cette industrie pour encadrer son implantation.

À la Ville de Sherbrooke, l'arrivée de Bitfarms, une entreprise spécialisée dans les chaînes de blocs, ne suscite aucune inquiétude en matière de tarifs ou de consommation d'électricité. Le directeur général d'Hydro-Sherbrooke, Christian Laprise, estime qu'une augmentation de tarif liée à la présence d'une telle entreprise est impossible.

Lire aussi: Bitfarms : Boutin appelle à la vigilance

Bitfarms investit 250 M$ à Sherbrooke

La facture d’Hydro-Sherbrooke grimpera de 0,3%

«Mines» de cryptomonnaie: Brome-Missisquoi sous moratoire

« Pour ce qui est d'Hydro-Québec et d'ailleurs au Québec, c'est un peu différent de notre situation. Nous avons travaillé à faire du délestage. Ce qu'ils utilisent, ce n'est pas de la puissance supplémentaire, mais nos surplus d'électricité. À l'échelle sherbrookoise, c'est certain qu'il n'y aura pas d'impact sur le tarif, mais ça peut avoir un impact positif sur la contribution d'Hydro-Sherbrooke aux finances de la Ville », résume M. Laprise.

« On n'augmentera pas de beaucoup la pointe parce que nous effectuerons du délestage », ajoute-t-il. En d'autres termes, dans les périodes de forte consommation d'électricité pour l'ensemble de la Ville, Bitfarms réduira sa propre consommation pour diminuer la pression sur le réseau.

Hydro-Sherbrooke pourra récupérer 95 % de la charge promise à Bitfarms, jusqu'à un maximum de 400 heures par année, et de manière consécutive si nécessaire.

« Nous avons assez de possibilités de délestage pour éliminer les pointes de délestage annuelles. Il peut y avoir des projets qui consommeront beaucoup d'électricité dans les prochaines années qui ne seront pas en lien avec la cryptomonnaie, mais si on se fie à une croissance standard, nous visons à pouvoir fournir la quantité d'électricité nécessaire sur l'ensemble du territoire pour 20 ans avec le nouveau poste de distribution. »

Christian Laprise rappelle que les tarifs d'Hydro-Sherbrooke ne peuvent pas dépasser ceux d'Hydro-Québec. « Les Sherbrookois n'auront pas des tarifs plus chers qu'ailleurs. »