La compagnie Bitfarms a commencé à installer des conteneurs pour couper le son émanant de son centre de données situé au bout de la rue de la Pointe.

Bitfarms baisse le son

Un mois après son arrivée à Sherbrooke, l’entreprise Bitfarms doit prendre des mesures pour atténuer le son émanant de son centre de données.

L’entreprise de calculs informatiques de type «chaîne de blocs» répond ainsi à des plaintes de citoyens de la rue Raimbeault, de l’autre côté de la rivière Magog. Ceux-ci ont fait part du désagrément du bruit provenant des installations.

«Nous voulons être un bon citoyen et nous avons réagi immédiatement», affirme Bahador Zabihiyan, directeur des relations publiques.

«Nous avons été sur le terrain. Nous avons rencontré des gens sur la rue Raimbeault. Nous voulions avoir un bon portrait de la situation. Nous avons pris des mesures de son.»

Bitfarms a eu recours aux services d’un acousticien pour trouver des solutions temporaires et permanentes, poursuit M. Zabihiyan.

Dans un premier temps, on est en train de dresser un mur de conteneur afin de couper le son le plus rapidement possible, en attendait qu’on trouve une solution permanente. À l’intérieur, on prévoit aussi aménager un mur antibruit.

«Pour le mur coupe-son à l’extérieur, il y a un délai, car ça prend des plans et des permis», dit-il.

«Le son se dirige vers un débarcadère de bateau et il n’y a pas d’arbre, ce qui fait que le son voyage plus vite.»

Le son provient de l’ancienne usine de bâtons de hockey Sherwood, au bout de la rue de la Pointe, près de la rivière Magog. Les opérations ont été lancées il y a un mois.


« Nous allons nous assurer que tout soit acceptable pour les gens du voisinage. »
Bahador Zabihiyan

Bahador Zabihiyan ne peut dire exactement de combien le bruit sera atténué une fois les installations auront toutes été mises en place. «Il n’y a pas vraiment de règlement concernant le bruit», fait-il remarquer.

«Mais nous allons nous assurer que tout soit acceptable pour les gens du voisinage. Nous voulons être de bons voisins. Nous reprenons souvent d’anciens complexes industriels désaffectés et il est difficile de savoir pour nous au départ comment se comportera le son.»

Le centre de données sherbrookois de Bitfarms a une capacité de 12 mégawatts d’électricité. Rappelons que des investissements de 20 millions $ US ont été nécessaires. En matière d’emploi, l’entreprise s’attend à créer deux à trois emplois par mégawatt. 

L’entreprise doit faire du délestage afin de réduire sa consommation d’électricité en période de pointe. 

Elle exploite aussi un centre de données à Magog.

Bahador Zabihiyan