Bishop's profiterait des résultats de l'élection présidentielle

L'Université Bishop's enregistre 50 % plus de demandes d'admissions d'étudiants américains qu'à pareille date l'an passé.
À l'instar d'autres universités canadiennes, l'Université Bishop's a senti davantage d'intérêt de la part des étudiants américains au lendemain de l'élection du président Donald Trump.
« On a eu quelques appels au lendemain de l'élection », commente Doug McCooeye, gestionnaire au recrutement, à l'admission et aux échanges d'étudiants à l'Université Bishop's en ajoutant que l'effet a été ressenti sur le site de l'établissement.
Différentes raisons pourraient expliquer la hausse des demandes d'admissions enregistrées à Bishop's - difficile de dire dans quelle mesure les résultats de l'élection présidentielle américaine ont eu une influence, même si elle a été ressentie sur le campus lennoxvillois.
« On a fait plusieurs efforts de recrutement aux États-Unis », commente-t-il.
L'institution anglophone se retrouve maintenant sur le Common App aux côtés d'autres établissements, notamment des institutions prestigieuses comme Harvard aux États-Unis.
Ainsi, illustre-t-il, si un étudiant souhaite soumettre des demandes dans six institutions, il n'aura à faire le processus qu'une seule fois pour les six universités. « C'est la première année qu'on l'utilise », note M. McCooeye.
Les efforts de recrutement de Bishop's à l'international, notamment aux États-Unis, se sont intensifiés au cours des dernières années.
« On souhaite une augmentation globale de nos étudiants internationaux », rappelle M. McCooeye.
Lorsqu'on parle d'une hausse des demandes d'admission, on parle principalement d'étudiants inscrits dans une institution américaine.
Il reste maintenant à voir si cet intérêt plus marqué pour l'institution anglophone se traduira réellement en inscriptions. Par exemple, pour la rentrée d'automne 2017, les étudiants ont jusqu'au 1er avril prochain pour faire une demande d'admission.
La semaine dernière, les médias rapportaient qu'à plusieurs endroits au Canada, des universités canadiennes constataient davantage de visites d'Américains sur le site internet.