Les 17 élus sont entrés à la file indienne dans la salle du conseil pour la cérémonie d’assermentation, derrière cinq policiers du groupe d’apparat du Service de police de Sherbrooke. Outre le maire Steve Lussier on reconnaît sur la photo Pierre Tremblay et Annie Godbout.

Bilan d’une première semaine au pouvoir

Grosse semaine pour le maire Steve Lussier qui, vendredi, ouvrait son bureau aux citoyens présents lors de la cérémonie d’assermentation des élus. Il en a profité pour confirmer que son comité exécutif sera dévoilé mardi, plutôt que lundi, et qu’il comptera quatre conseillers.

Steve Lussier n’avait pas encore eu le temps de personnaliser son espace de travail, vendredi, même s’il admet d’emblée qu’il n’aime pas l’énorme chaise de cuir installée derrière son bureau. « Je me suis levé très tôt et couché très tard cette semaine. Je travaille sur le budget actuellement. On a une ligne directrice et la Ville sait où je veux m’en aller. Je travaille avec des gens merveilleux et j’ai été très bien accueilli. » Il n’a toutefois pas avancé de date pour le dépôt du budget.

Le maire Lussier compte rencontrer tous les membres du conseil municipal au cours de la fin de semaine. « J’ai des idées pour le comité exécutif, mais je veux rencontrer les élus avant. C’est important parce qu’on va travailler ensemble longtemps. Si quelqu’un n’est pas heureux, croyez-moi, je veux qu’il me le dise. Je veux des conseillers élus heureux. C’est la chose la plus importante. »

Puisqu’il était trop tard pour changer les règles de composition du comité exécutif, ce seront donc quatre élus, en plus du maire, qui siégeront à ce comité important. M. Lussier proposait initialement un comité à sept. « Je n’ai pas le droit de dire comment il sera composé. Je vais me retenir parce que je ne veux pas que ça sorte. Je ne veux pas faire de malheureux non plus. Quant à moi, tout le monde devrait être assis ensemble et les décisions devraient se prendre comme ça, mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Il faut que ça se fasse un peu plus rapidement. »

Le moratoire sur Well inc. est en vigueur et devrait être annoncé de façon plus détaillée en début de semaine. M. Lussier a mis la main sur plusieurs dossiers qu’il souhaitait consulter, entre autres celui du pont des Grandes-Fourches, qui devrait être abordé lors d’une rencontre avec Luc Fortin lundi. Des rendez-vous seront bientôt à l’horaire avec la direction de Valoris également.

Le maire a aussi pris connaissance des réalités du Centre de foires et de la place Nikitotek, pour lesquels il faudrait rembourser des subventions s’il choisissait de les vendre. « Le but n’est pas nécessairement de vendre. Il faut les rentabiliser. On va regarder si on n’a pas des concessions qui veulent venir au Centre de foires. J’aurai peut-être des annonces bientôt à propos de partenaires. »

Steve Lussier compte par ailleurs demander conseil à Chantal L’Espérance dans certains dossiers. « C’est la dame d’expérience. C’est sûr qu’elle va venir dans mon bureau et qu’on va jaser. Il faut faire avancer la ville. »

M. Lussier prenait sa première semaine, marquée par un imbroglio, avec philosophie. « C’est de la politique. Je ne m’en suis pas fait avec ça. Ce qui est important, c’est que j’ai eu un bel échange avec M. Sévigny. J’ai eu de beaux échanges avec des ministres. Ils ont su que je voulais des dossiers rapidement et ils ont dit qu’ils me donneraient un coup de main. »

Avec des ministres... mais pas avec Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead.

« C’est correct. Il arrive quelque chose de spécial. Il ne faut pas l’oublier. Il n’y a aucun problème. Je vais attendre son appel au moment opportun. »