« Le Domaine Howard est un lieu important qui pourrait changer de vocation avec la construction du Quartier Général dans Well Sud », dit le maire Steve Lussier.

Bilan de mi-mandat du maire Lussier : des dossiers à surveiller

En rafale, le maire Steve Lussier s’est prononcé sur une panoplie de dossiers qui retiendront sans doute l’attention dans les deux prochaines années.

Le tourisme

En campagne électorale, Steve Lussier a promis de mettre en place un attrait touristique d’envergure internationale. « Je souhaite toujours avoir un projet d’ampleur internationale. J’y crois. Peut-être que du point de vue de la nature, de l’environnement, nous pouvons y arriver. On ne fera pas n’importe quoi. Ce qui est important, c’est qu’on arrive avec de nouveaux projets rassembleurs pour la population. »

« Le Domaine Howard est un lieu important qui pourrait changer de vocation avec la construction du Quartier Général dans Well Sud. Il y a un lien important à faire avec le parc Jacques-Cartier et le lac des Nations. »

Le garage municipal

Le garage municipal, situé sur la rue des Grandes-Fourches, doit en théorie déménager dans le parc industriel régional. La relocalisation se fait toutefois attendre. « Pour le moment, nous avons aménagé le garage de façon différente. Nous en avons amené la partie mécanique à Rock Forest. On regarde le dossier attentivement. Il est situé dans une zone d’inondation importante. [Le déménagement] est dans les cartons, mais il n’y a pas de décision. »

Les priorités sportives

« La piste de vélo derrière le Triolet a été un bon coup. Le premier événement était réussi. On nous a dit que la piste était de niveau national.

« Maintenant, le club de gymnastique, je prends au sérieux ce qui se passe là. Ce sera une priorité, comme la piscine du Cégep. »

Le nouveau parc industriel

La Ville a déjà dévoilé qu’un nouveau parc industriel devra être inauguré tôt ou tard. « Le nouveau parc, c’est pour un horizon de zéro à cinq ans. Nous n’avons pas statué encore sur les terrains, mais nous avons eu sept propositions. Il faut voir si nous pouvons y apporter des services, entre autres l’autobus… »

Hydro-Sherbrooke

« On a demandé au gouvernement d’avoir des subventions pour la réparation des barrages. La Ville assume ces coûts importants et dans les prochaines années, il faudra beaucoup d’argent par rapport à ça. »

La sécurité ferroviaire

« Vous allez m’entendre beaucoup dans les prochaines années là-dessus. Il faut remettre les rails à niveau. »

La transparence

« Les gens disent qu’il n’y a pas de transparence. On en a beaucoup. On remet beaucoup de documents. Des fois, ça demande un peu de recherche sur notre site parce qu’il y a beaucoup de choses. Moi je suis une personne très transparente. Il y a beaucoup plus de communiqués qu’avant et j’ai quand même ajouté la diffusion web du conseil. Les gens s’intéressent à ça. » Jonathan Custeau

+

S’élever au-dessus des guerres de clochers

La première moitié du mandat de Steve Lussier a été pour le moins cahoteuse, au chapitre des relations entre les élus, étant marquée par des dissensions importantes. Ayant dû naviguer avec le remplacement de son chef de cabinet et une sortie décriée de son directeur général, M. Lussier minimise l’ampleur des crises qui ont secoué son administration.

Dans les jours ayant suivi son accession au pouvoir, le nouveau maire se séparait de son directeur de cabinet après lui avoir demandé de trouver une façon d’embarrasser la conseillère Évelyne Beaudin. Puis, en novembre 2018, il se présentait devant les médias avec son nouveau directeur général, Daniel Picard, pour décrier un sondage distribué par ladite conseillère aux fonctionnaires municipaux.

« C’était d’avoir le respect par rapport aux employés. On ne peut pas toujours faire de l’ingérence pour changer les façons de faire. C’est une histoire qui a pris plus d’ampleur qu’elle aurait dû. J’ai une bonne collaboration avec M. Picard », dit-il.

S’il avait promis de ramener l’harmonie dans un conseil souvent divisé, Steve Lussier estime avoir vu un changement de climat positif dans la dernière année. Les foires d’empoigne sont pourtant courantes durant les séances du conseil.

« J’essaie de m’élever au-dessus de ce qui se passe dans les chicanes de clochers. On doit faire avancer les dossiers de la Ville. On peut avoir chacun son point de vue, mais ça prend un consensus. Il se peut que quelqu’un arrive avec un argument qui va me faire changer de position. Ça sert à ça un conseil.

« J’ai vu un changement dans la dernière année. Un changement positif. Je suis un maire ouvert. Si les élus veulent discuter d’un dossier, je suis joignable sept jours sur sept. Je suis très disponible pour les conseillers. »

Autre dossier brûlant source de discorde, la vente potentielle du parc Willie-Bourassa-Auger, dans Brompton, aura été selon Steve Lussier le point faible de son mandat. « On peut probablement s’améliorer dans les dossiers en lien avec la population, peut-être les parcs. J’avais dit que je remettrais aux arrondissements ce qui leur revenait et c’est ce que j’ai fait. Cette décision était unanime à l’arrondissement. Mais il fallait aller au bout du processus. On ne recommencera pas de cette façon. »

Pas d’aéroport sans désignation

Quant à l’aéroport, Steve Lussier croit qu’il fallait réorienter le dossier. « Nous ne pouvions pas refiler la facture aux citoyens. Ce n’est pas un petit projet. Le gouvernement est arrivé avec un programme d’aide financière. Il fallait que ce soit un projet régional, pas juste un projet de la Ville. C’est l’affaire de toute une région.

« Je n’irai jamais de l’avant si je n’ai pas ma désignation. Je veux voir noir sur blanc qu’on aura des services de sécurité. Sinon, c’est un montant qui dépasse les 800 000 $ par année. Je crois que le gouvernement du Canada va nous écouter parce qu’il y aurait vraiment un impact positif pour la région. »

La dernière année a été marquée par un débat sur la possibilité de tenir les Jeux de la francophonie à Sherbrooke. Le maire Lussier estime que les Jeux du Québec de 2023 sont plus emballants et réellement à la portée de la Ville.

La création de la réserve naturelle du Mont-Bellevue et l’ajout de service à la Société de transport de Sherbrooke, la plus importante augmentation en 30 ans, figurent parmi les réalisations du maire.

Même s’il avait demandé l’ajout d’un cinquième membre à son comité exécutif, Steve Lussier maintient pour le moment la composition du comité. Il laisse néanmoins entendre que certaines façons de faire pourraient changer à la demande des élus. La pertinence de plusieurs comités sera évaluée dans les prochaines semaines.

Enfin, M. Lussier a mis sur pied les cafés du maire. « J’ai fait cinq cafés du maire et un déjeuner. J’ai adoré être à l’écoute des gens. On peut prendre les bonnes décisions quand on sait ce que les gens veulent. Je me suis beaucoup servi de mon ancien travail pour le lien avec les citoyens. C’est ce que les gens veulent : de la proximité. »