Augmentation de seulement 16 cas en Estrie

La COVID-19 poursuit sa progression à un rythme plus modeste sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. La région enregistre mercredi une augmentation de 16 cas confirmés sur le bilan de la veille et ne déplore aucun nouveau décès.

Le bilan sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS est donc de 737 patients confirmés à la COVID-19 et de 18 décès.

À LIRE AUSSI: Une résidence pour aînés de l'Estrie sur la « liste rouge » du MSSS

Il manque 2000 employés dans les CHSLD; Legault en appelle aux médecins

Deux autres employées infectées à la Santé publique

Trois personnes qui souffrent de la COVID-19 ont dû être hospitalisées depuis le dernier bilan pour porter le total d’hospitalisations à 56, tandis que l’état de six personnes nécessite d’être hospitalisés aux soins intensifs, un nombre stable depuis la veille.

Pendant la même période au Québec, le bilan continue de s’alourdir avec 52 nouveaux décès liés à la COVID-19 et 612 nouveaux cas confirmés, pour porter les totaux respectifs à 487 victimes et 14 860 malades.

Le nombre de personnes hospitalisées a progressé de 48 au Québec, mais le nombre de celles aux soins intensifs a reculé de 12.

Notons que selon les chiffres rendus publics par le gouvernement du Québec mercredi, l’Estrie compte non pas 737 cas, mais bien 738 cas confirmés à la COVID-19. Questionné à ce propos, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a expliqué que c’est parce que ce cas supplémentaire n’est pas encore relié à un des neuf RLS de son territoire.

Des spécialistes dans les CHSLD

Dans son bilan quotidien mercredi, le premier ministre François Legault a surtout longuement interpellé les médecins de famille et les médecins spécialistes pour qu’ils viennent en aide aux infirmières et préposés aux bénéficiaires qui ne suffisent plus à la tâche dans les CHSLD et les résidences privés pour aînés.

La ministre de la Santé Danielle McCann a parlé d’une «mission humanitaire» à remplir.

Sans pouvoir dire si l’invitation avait trouvé écho en Estrie, le directeur de Santé publique Dr Alain Poirier a salué l’idée tout en apportant  quelques bémols.

«Il ne faut pas qu’ils y aillent pour jouer aux docteurs, lance-t-il. Si les médecins vont travailler dans un CHSLD, ils vont devoir le faire dans les règles de l’art de la science infirmière et des techniques d’hygiène. C’est un beau message de solidarité mais il va falloir quand même que les médecins jouent la game d’être infirmières ou préposés aux bénéficiaires.»


Résidence Ferland

Questionné par ailleurs sur le cas de la Résidence Ferland à Danville, qui a été placée sur la «liste rouge» du ministère de la Santé mardi soir, le Dr Poirier a répété qu’il suivait la situation de près. 

Rappelons qu’à cet endroit on déplorait mardi deux décès et 21 résidents testés positifs à la COVID-19, c’est-à-dire pratiquement la totalité d’entre eux.

Or déjà dans nos pages jeudi dernier, la famille d’un couple de personnes âgées qui vit au Manoir Jeffrey, à Asbestos, s’inquiétait du fait qu’une employée du CLSC dispense des soins à cet endroit et à la Résidence Ferland chaque semaine.

«Il faut le plus possible, et encore plus quand il y a une éclosion, que les gens restent dans un seul lieu, convient le Dr Poirier. Dans de petites résidences, ce n’était peut-être pas la pratique, mais aussitôt qu’il y a une éclosion, il faut réagir.»

Sans pouvoir dire si la situation avait été régularisée à la Résidence Ferland au cours des derniers jours, le  Dr Poirier se montre du reste satisfait de voir que parmi la douzaine de mesures édictées par Québec en lien avec la problématique des CHSLD et des RPA, plusieurs sont déjà bien implantées en Estrie. 

Et notamment celle qui prône que le personnel soit dédié à un seul lieu, et même à des zones infectées et non infectées dans un même lieu, assure-t-il.

«Est-ce que c’est pour ça qu’on a zéro cas dans nos CHSLD (publics)? J’espère que ça aide. Je touche du bois mais je pense que ces mesures-là sont des bonnes mesures pour empêcher que nos aînés aient le virus.» 

Dans les cas de Danville, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a pu confirmer à La Tribune, en fin d’après-midi mercredi, que le personnel affecté à la Résidence Ferland «ne fait que ce milieu afin d’éviter la contagion des autres milieux».

La CDÉ de Sherbrooke est située à la Clinique médicale du Sommet, au 1280 de la rue King Est.