Sylvie Bergeron, initiatrice du projet, Marie Bécotte, directrice générale de la Maison Aube-Lumière, Élisabeth Brière, présidente du CA, Régis Auclair, gestionnaire de projets chez Aviva, et Stéphane Reynolds, du Fonds Sébastien-Duchesne, ont dévoilé une plaque commémorative au jardin thérapeutique.

Aube-Lumière dévoile avec fierté son jardin thérapeutique

Un mélange d’émotions, de joie et de fierté s’était installé à la Maison Aube-Lumière, mardi avant-midi.

On a inauguré le jardin thérapeutique, une réalisation née de la compétition « communautaire Aviva en 2017 », auquel la communauté a participé.

« C’était un espace gazonné et un peu tristounet, sans couleurs. Maintenant c’est une très belle réalisation, un projet fleuri », lance Sylvie Bergeron, l’instigatrice du projet et aussi directrice du bénévolat et des services de soutien de l’organisme.

« Le processus a été long, et malgré un revers en 2016, nous n’avons pas abandonné et nous avons porté ce projet à bout de bras jusqu’à cette étape ultime. C’est une grande satisfaction pour moi aujourd’hui, de voir ce beau jardin enjoliver le quotidien de nos patients », ajoute-t-elle ne retenant pas ses larmes.  

Le lieu est paisible et invite au repos. Le jardin est situé tout près de l’édifice de la Maison Aube-Lumière, qui accueille gratuitement des personnes atteintes de cancer en phase avancée. 

Rappelons que la Maison Aube-Lumière a remporté un prix de 50 000 $ au concours pancanadien du Fonds communautaire Aviva. Avec cet argent, la Maison Aube-Lumière a pu mettre en branle son projet de jardin thérapeutique qui mijotait depuis 2016. 

Élisabeth Brière, présidente de La Maison Aube-Lumière, renchérit aux propos de Mme Bergeron : « Le jardin est paisible et accueillant. Il sera un lieu de paix et de sérénité pour notre personnel et pour les patients qui vivent la fin de leur existence avec nous. Ces moments sont uniques et nous souhaitons qu’ils les vivent dans les meilleures conditions possible ». La Maison Aube-Lumière a pu remporter cette compétition pancanadienne grâce à l’appui de la population sherbrookoise qui s’est mobilisée pour voter pour en faveur projet, a-t-on souligné. 

Les bénéficiaires ont accès à plusieurs espaces dans le jardin, dont une zone d’eau avec une fontaine. On a eu recours au travail de nombreux bénévoles pour sa réalisation. Par ailleurs, le Centre de formation professionnelle de Coaticook a aussi fourni de la main-d’œuvre. Les élèves en aménagement paysager et en horticulture et jardinerie ont été de la partie.

Le Fonds Sébastien-Duchesne y est allé d’une contribution de 10 000 $, a-t-on souligné.  

Régis Auclair, gestionnaire de projets pour la firme Aviva, a souligné que plusieurs idées sont soumises de partout au Canada pour cette compétition. « Les gens de la région ont voté pour ce projet », dit-il.

« C’est très intéressant de voir ce qu’une idée sur papier est devenue en réalité. »