Lui-même cycliste dans la vie de tous les jours, Jean Pinard agira comme président d’honneur de la Semaine de la mobilité durable. Il est ici accompagné du président du Comité de mobilité durable de Sherbrooke, le conseiller Marc Denault.

Au boulot à vélo depuis 31 ans

Jean Pinard le dit lui-même. Il y a 31 ans, il faisait partie de ces « extraterrestres » qui se rendaient et revenaient du travail à vélo. Une boucle de 25 kilomètres durant laquelle les klaxons, les quolibets, les poings en l’air et les doigts d’honneur faisaient partie de son itinéraire quotidien.

Trois décennies plus tard, ce fonctionnaire fédéral se réjouit de voir de plus en plus de citoyens adopter le même mode de transport que lui. « Je n’ai jamais regretté d’avoir pris cette décision, dit-il. Quand j’arrive au travail le matin ou à la maison le soir, après avoir pédalé ces vingt-cinq kilomètres, je me sens bien. »

Impliqué depuis 15 ans au sein du Club cycliste de Sherbrooke, Jean Pinard était donc le candidat tout désigné pour assumer la présidence d’honneur de la Semaine de la mobilité durable qui se déroulera à Sherbrooke du 16 au 22 septembre.

Bien que les « accrochages » entre cyclistes et automobilistes soient encore nombreux dans les rues de la ville, Jean Pinard ne jette pas le blâme pour autant uniquement sur les automobilistes. Selon lui, les cyclistes ont eux aussi leur part de responsabilité lorsqu’il est question de partager la route.

« Ce n’est pas parce qu’on est en vélo qu’on ne doit pas respecter la signalisation, dit-il. Que ce soit un arrêt obligatoire ou un feu rouge, même s’il n’y a personne autour, on doit le respecter. Et les automobilistes doivent, eux aussi, comprendre qu’ils doivent tenir compte des cyclistes autour d’eux. Ne serait-ce que de signaler qu’on effectue un virage. Des fois, c’est à se demander si le bras de signalisation ne vient pas en option dans certains véhicules… »

« Beaucoup de progrès »

En tant que président du Comité de mobilité durable, Marc Denault se réjouit de constater que de plus en plus de Sherbrookois choisissent d’utiliser les différents modes de transport alternatifs qui existent sur le territoire de la ville. Une tendance qui s’observe concrètement depuis la première Semaine de la mobilité durable, lancée il y a huit ans :

« On peut dire qu’en huit ans, on a fait beaucoup de progrès à Sherbrooke en matière de mobilité durable. On a investi non seulement dans l’aménagement, mais on s’est aussi doté d’un Plan de mobilité durable auquel les citoyens, les entreprises et les citoyens adhèrent. Si on compare à où nous étions il y a huit ans, on peut dire qu’il y a eu un changement de culture notable à l’égard de la mobilité durable. »

Plusieurs activités destinées à sensibiliser la population à choisir la mobilité durable dans leurs déplacements sont prévues dans le cadre de cette semaine.

Le Défi sans auto solo incitera les entreprises à favoriser les déplacements actifs pour se rendre au travail. Le Centre de mobilité durable de Sherbrooke remettra des laissez-passer gratuits à ses partenaires pour faire l’essai du transport en commun. 

Le vendredi 20 septembre sera décrété Park(ing) Day au cours duquel les entreprises sont invitées à transformer certaines cases de stationnement en espace convivial. Lors de cette même journée, le parc Jacques-Cartier servira de banc d’essai à plusieurs moyens de transport énumérés sur le site web de l’événement au : www.mobilitedurable.qc.ca.