Alcool au volant: un an de prison pour sept récidives

SHERBROOKE - Roger Gaulin a pris le chemin de la prison après une septième récidive de conduite avec les capacités affaiblies.

L'individu de 66 ans de Lambton est arrivé au palais de justice de Sherbrooke avec ses effets personnels, mardi, sachant qu'il ne ressortirait pas par la même porte qu'il était entré.

« Ça démontre une certaine problématique. Il n'avait pas récidivé depuis 13 ans », a expliqué l'avocat de la défense Me Benoit Gagnon de l'aide juridique.

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec l'a condamné à une peine d'une année de prison et à une interdiction de conduire pour cinq ans.

Roger Gaulin circulait sur le territoire de Sainte-Praxède dans la MRC des Appalaches lorsqu'il a évité un chevreuil en janvier 2019. Cette manœuvre brusque lui a fait perdre le contrôle de son véhicule, puis il s'est retrouvé dans le fossé.

Devant des symptômes d'ébriété évidents, les patrouilleurs de la Sûreté du Québec l'ont fait souffler dans l'appareil éthylométrique. Son taux d'alcoolémie dépassait de plus du double la limite permise, soit 190 mg d'alcool par 100 ml de sang.

« Il a fait des déclarations aux policiers », a indiqué Me Gagnon au tribunal.

Roger Gaulin possède des antécédents en semblable matière depuis 1986, soit plus de 30 ans.

« C'est un problème récurrent. Quand on se fait arrêter sept fois, ce n'est certainement pas les seules fois où il a pris un verre de trop, mais sans se faire intercepter au volant », a signalé la juge Desgens.

Une peine de quatre mois de prison avait déjà été imposée en 2006 à Roger Gaulin.

La peine a été imposée à la suite d'une suggestion commune avec le procureur aux poursuites criminelles Me Louis Fouquet.

+

La prison évitée de justesse

Un individu évite la prison ferme de justesse pour avoir conduit durant une interdiction.

Jean Moffatt d'Asbestos a été intercepté le 7 septembre 2018 à Windsor au volant de son véhicule alors qu'il était sous le coup d'une cinquième suspension de son permis de conduire.

Lors de la fouille, il avait sur lui une petite quantité de stupéfiants et de méthamphétamine.

L'individu de 46 ans a été condamné, lundi au palais de justice de Sherbrooke, à 12 mois de détention à purger dans la collectivité.

Il devra passer les six premiers mois à son domicile.

« Vous devez être conscient que c'est une peine de détention que je vous impose. Si vous revenez pour bris de conditions, je vais me souvenir que vous avez étiré la sauce », a indiqué la juge Claire Desgens de la Cour du Québec en imposant la peine.

« Je vais faire tout mon possible pour ne pas revenir devant les tribunaux », a assuré Moffatt.

La juge Desgens a hésité à imposer la peine suggérée par l'avocat de la défense Me Christian Raymond et la procureure aux poursuites criminelles Me Véronique Gingras-Gauthier.