Air Canada n’est pas intéressé par l'aéroport de Sherbrooke

À moins de nouveaux arguments convaincants, Air Canada n’a pas l’intention d’établir de liaisons aériennes à partir de l’aéroport de Sherbrooke.

« Après analyse du dossier nous les avons informés, lors de nos derniers échanges tenus l’an passé que, pour des raisons de nature commerciales, nous n’avions pas l’intention d’instaurer de service aérien », a indiqué par courriel une porte-parole d’Air Canada, Isabelle Arthur.

À lire aussi: Aéroport de Sherbrooke: Bonnardel négociera avec Air Canada

La compagnie aérienne a affirmé avoir été relancée récemment par la Ville de Sherbrooke.

« Nous avons été recontactés récemment par des représentants de la région qui désirent nous soumettre de l’information additionnelle (...) Nous avons régulièrement des discussions concernant nos services, existants ou potentiels, avec des représentants des différentes régions et aéroports du Canada, cependant la teneur de ces discussions est confidentielle. Tout comme d’autres transporteurs, nous avons été approchés à quelques reprises au cours des dernières années par des représentants de Sherbrooke », signale la porte-parole d’Air Canada.

Lors de sa rencontre avec le maire de Sherbrooke Steve Lussier à la mi-janvier, le premier ministre du Québec François Legault avait affirmé qu’il espérait contribuer à ce qu’Air Canada offre des vols à partir de Sherbrooke dans un avenir rapproché.

Il a donné le mandat à son ministre des Transports et responsable de la région de l’Estrie François Bonnardel de négocier avec Air Canada.

L’aéroport de Sherbrooke et la desserte commerciale qui pourrait s’y installer avaient monopolisé une partie des discussions du maire de Sherbrooke le 16 janvier dernier, alors qu’il rencontrait tour à tour le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec,

« Dans le cas de Sherbrooke, il n’y a aucune fréquence, mais il serait normal qu’Air Canada desserve Sherbrooke-Montréal avec un appareil de peut-être 30-40 places. Il est temps que ça se fasse et on va s’assurer que ça arrive », avait mentionné François Legault.

Au bureau de François Bonnardel, mardi, on affirmait que le ministre des Transports avait eu des discussions avant et après la sortie publique de François Legault à ce sujet.

On affirme que les discussions ont commencé à la fin de 2018 et se poursuivent de façon continue depuis ce moment avec ce « partenaire privilégié ».

Sunwing, qui offre certains vols à partir d’aéroports régionaux de ville d’ampleur comparable à Sherbrooke comme Saguenay ou même plus petites, mais situées en région éloignées, comme Val-d’Or ou Mont-Joli et Sept-Îles, n’a pas établi d’entente avec Sherbrooke.

« Économiser du temps et de l’argent à nos clients en leur offrant des vols vers nos destinations les plus populaires au départ de leur aéroport local est extrêmement important pour nous. Nous sommes donc ravis d’offrir des vols au départ de quatre aéroports régionaux au Québec, ainsi que nos programmes bien établis au départ de Montréal et Québec. Nous sommes toujours proactifs quant à l’ajout de nouveaux aéroports de départ à travers la province et nous évaluons systématiquement la viabilité de toute nouvelle option qui se présente », a mentionné par courriel le vice-président exécutif du Groupe de Voyages Sunwing , Sam Char.