Agression sexuelle sur une ado: un homme de 19 ans acquitté

L’individu de 19 ans qui devait subir son procès devant jury en juin prochain dans une affaire d’agression sexuelle a été acquitté, mais il n’est pas au bout de ses peines.

Il doit encore se défendre d’une accusation d’agression sexuelle en groupe, le même événement où Blessing Dugbeh a été impliqué en février 2017.

L’accusé, qui était détenu depuis sa mise en accusation en avril 2018, a été libéré par le juge Claude Villeneuve de la Cour supérieure.

L’individu était d’ailleurs présent, lundi, au palais de justice de Sherbrooke.

La procureur aux poursuites criminelles Me Marie-Ève Phaneuf a expliqué qu’elle n’était plus en mesure de remplir son fardeau d’entretenir une probabilité raisonnable de condamnation tout au long des procédures judiciaires.

Un développement récent dans le dossier fait en sorte que le ministère public ne serait pas en mesure de convaincre un jury impartial et bien instruit en droit d’en arriver à un verdict de culpabilité hors de tout doute raisonnable.

Devant la déclaration d’arrêt des procédures, l’individu a été acquitté des accusations d’agression sexuelle et d’incitation à des contacts sexuels sur une adolescente de moins de 16 ans, le 1er juillet 2017. Il a aussi été libéré des accusations concernant des gestes semblables entre le 1er janvier et le 1er mars 2018 et des voies de fait entre le 1er juillet et le 1er août 2017. 

En plus des gestes à caractère sexuel sur des mineurs, le jeune homme était aussi accusé d’avoir tenté d’intimider la plaignante au dossier entre février et avril 2018.

Son procès devant jury était prévu pour deux semaines à compter du 10 juin 2019 au palais de justice de Sherbrooke.

Sa remise en liberté sous conditions lui avait été refusée à quatre reprises au cours de la dernière année.

Il a été libéré en attendant son procès en chambre de la jeunesse dans l’affaire d’agression sexuelle en groupe de février 2017. C’est pour cette raison qu’il ne peut être identifié.

Il subira son procès en février 2020.

C’est Me Anne-Marie Campeau qui assure sa défense.