Nathalie Vallières

Accusée de fraude envers son employeur, Vallières pourrait plaider coupable

Accusée de fraude envers son ancien employeur la boutique Le Grenier, Nathalie Vallières de Sherbrooke pourrait régler ses comptes avec la justice en mai.

La femme de 47 ans était de retour, mercredi, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Elle est accusée d’une fraude de plus de 5000 $ envers son ancien employeur.

Nathalie Vallières est accusée non seulement d’une fraude envers la boutique Le Grenier, mais aussi de fabrication et d’utilisation de fausses factures entre le 25 avril 2015 et le 9 janvier 2016.

Son avocat Me Jean Leblanc a demandé que le dossier soit reporté au 29 mai prochain.

Il a spécifié que Nathalie Vallières avait déjà renoncé à son enquête préliminaire. Il poursuit également les discussions sur le montant de la fraude avec la procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté.

« C’est un dossier volumineux. On devrait s’entendre sur des montants et prendre position au retour du dossier », a expliqué Me Leblanc au tribunal.

C’est la superviseure de 24 boutiques Mode Le Grenier qui a porté plainte dans cette affaire.

La direction des ressources humaines des boutiques a reçu deux lettres pour dénoncer des agissements de la gérante qui « volait du temps et demandait à des vendeuses de mettre des ventes à son nom ».

L’employeur de Nathalie Vallières a aussi été informé qu’elle décrochait la ligne du commerce quand elle quittait plus tôt et demandait aux vendeuses de laisser la ligne décrochée.

Les ressources humaines auraient aussi découvert qu’il y avait eu des remboursements frauduleux sur le même numéro de carte de débit que Nathalie Vallières avait utilisé pour des achats personnels.

Rencontrée à la fin en janvier 2016 par la direction des boutiques, elle a été remerciée de ses services.