Quatre nouveaux tronçons de trottoir seront construits au courant de l'été grâce à des investissements de 750 000 $ en argent frais, en plus d'un montant résiduel de 2016 de 150 000 $.

750 000 $ d'argent frais pour les trottoirs

Quatre nouveaux tronçons de trottoir seront construits au courant de l'été grâce à des investissements de 750 000 $ en argent frais, en plus d'un montant résiduel de 2016 de 150 000 $.
Un trottoir sera aménagé le long du boulevard Bourque, dans le secteur Deauville, sur 325 m entre la portion existante et la rue Dumont. « C'est en avant de l'école Notre-Dame-de-Liesse. Nous jumelons le trottoir à la piste cyclable. Elle sera élargie pour servir de piste multifonctionnelle et sera déneigée l'hiver », explique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.
On ajoutera aussi un trottoir sur Galt Ouest, de la rue Suzor-Côté au boulevard de l'Université, et sur la rue des Chênes, entre Don Bosco Nord et la rue privée à l'ouest du Carrefour. Un tronçon sera par ailleurs ajouté sur la rue du Chalumeau, entre Galvin et le trottoir existant. Le projet de la rue des Chênes avait déjà été envisagé, mais avait dû être retardé quand les budgets ont été transférés sur la rue Prospect, à la suite d'un accident.
« Nous avons une grille de priorités en fonction de l'achalandage de la rue, du type de rue, des dangers imminents et de la présence de corridors scolaires. Nous avons tellement de demandes sur le territoire. Nous en avons pour 31 M$ », dit Mme Gravel.
Danielle Berthold a salué la venue d'un trottoir sur du Chalumeau, où le retrait d'un brigadier rendait la marche des enfants plus périlleuse. Elle a du même coup réitéré une demande pour un trottoir entre les rues Jetté et Allard sur King Est.
Annie Godbout, en plus d'être déçue que le tronçon de la rue du Mûrier amorcé l'an dernier ne soit pas terminé, a rappelé l'importance de prévoir des infrastructures sur la rue Matisse en raison de la construction de l'école C.
« Non seulement la rue ne se retrouve pas dans nos listes de priorité, mais les élèves qui iront à cette école ne sont pas tous ciblés encore. Ce seraient essentiellement des élèves marcheurs. Il nous faut l'analyse de la commission scolaire pour savoir où ces enfants habitent pour cibler les trajets qu'ils vont suivre. Ça se fera sûrement après la construction de l'école. Nous essayerons d'en faire le plus possible en amont, mais avec 750 000 $ par année, on ne peut pas répondre à tous les besoins. Les trottoirs le long de René-Lévesque sont inclus dans le projet et nous essayons de saisir les occasions créées par les nouveaux développements. »
Enfin, Bruno Vachon presse les services de considérer le tronçon du boulevard Bourque entre la rue du Haut-Bois et la rue Gibraltar. « Il y a beaucoup de triporteurs. On trouve trois résidences pour aînés. Nous sommes à aménager un plateau de loisirs. Le centre névralgique de Rock Forest est là. » Il souhaite à tout le moins que les bretelles de la rue Haut-Bois soient condamnées rapidement.