D'importants investissements ont été annoncés à la Société de transport de Sherbrooke vendredi. Le président de la STS Marc Denault était en compagnie des ministres Luc Fortin et Marie-Claude Bibeau, qui étaient venus annoncer la contribution de leurs gouvernements.

12 M$ pour 5 projets à la STS

La Société de transport de Sherbrooke (STS) achètera cinq nouveaux autobus hybrides et quatre autobus adaptés, en plus d’agrandir et de moderniser son garage. Des investissements de 12 M$ seront nécessaires pour un total de cinq projets, dont 6 M$ proviennent du gouvernement fédéral et 4,8 M$ du gouvernement provincial.

Les ministres Marie-Claude Bibeau et Luc Fortin étaient à Sherbrooke vendredi pour annoncer la contribution de leur gouvernement respectif.

« On parle beaucoup de mobilité durable et de transport actif, mais le nerf de la guerre, c’est le financement. Avec ces acquisitions, ce sont 40 % de nos véhicules qui seront hybrides. Il ne faut pas oublier que dans le Plan de mobilité durable, nous avons un objectif de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre », commente Marc Denault, président de la STS.

Un autobus hybride coûte environ 850 000 $, un peu plus qu’un véhicule à essence. « Mais il y a une économie en termes d’essence et nous prônons la mobilité durable pour léguer à nos enfants et petits-enfants un environnement sain », précise Luc Fortin, député de Sherbrooke et ministre de la Famille.

Les acquisitions de véhicules permettront de maintenir un âge moyen du parc de la STS, qui compte 83 autobus, à huit ans. « Nous regarderons peut-être à moyen terme, peut-être dans un an ou deux, pour avoir des véhicules 100 % électriques, dit Marc Denault. L’agrandissement du garage nous permettra par ailleurs d’héberger nos véhicules en période hivernale, d’économiser du point de vue énergétique et pour l’entretien. »

Une somme de 500 000 $ est aussi prévue pour un outil de simulation des modifications de service. « Nous travaillons sur une deuxième version du plan de transport. Les besoins changent. Si on veut offrir une meilleure desserte, nous devons le revoir. Il viendra avec une étude d’intervention. Nous parlons du transport à la demande, d’une nouvelle desserte. Il serait trop tôt pour le concrétiser d’ici un an, mais nous travaillerons là-dessus au cours du mandat. »

Les investissements incluent aussi le remplacement de quatre autobus adaptés et le remplacement du laveur automatique. « Nous souhaitons l’inclusion sociale de ceux qui vivent avec des limitations. Nous encourageons aussi l’économie locale parce que les autobus hybrides sont faits au Québec (chez Novabus) », dit Luc Fortin.

« En investissant dans le transport collectif à Sherbrooke, le gouvernement du Canada aide à améliorer la mobilité des résidants et à fournir les aménagements clés pour favoriser le développement économique de notre région », a dit Marie-Claude Bibeau, députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie.

Marc Denault a par ailleurs lancé un message aux deux ministres présents. « Nous souhaitons annoncer de bonnes nouvelles comme ça tous les six mois. Nous serions preneurs. »

Luc Fortin a bien saisi le message. « On sait que la STS est une société de transport très importante. Vous avez vu qu’une annonce a été faite par mon collègue le ministre de Transports pour investir des sommes considérables pour les sociétés de transport performantes. Ce programme-là est en train d’être calibré et il y aura éventuellement de bonnes nouvelles pour la STS. Mon collègue a dit que ce programme-là est inspiré par la STS. Ça démontre que nous sommes à l’écoute de nos intervenants. »

M. Denault rappelle que les besoins de la STS se trouvent entre autres dans le budget d’exploitation. « En ayant des acquisitions de ce genre, il faut des gens pour exploiter les véhicules, pour les entretenir. Le ministre des Transports André Fortin a clairement identifié Sherbrooke comme une société performante. On espère que nous bénéficierons des 40 M$ qu’il souhaite injecter cette année pour les sociétés de transport performantes. » Marc Denault n’a pas chiffré la somme qu’il espère obtenir du gouvernement du Québec.