La Ville de Sherbrooke souhaite que le propriétaire de cet immeuble réalise des travaux de réfection et lui impose des constats d’infraction pour le forcer à réagir.
La Ville de Sherbrooke souhaite que le propriétaire de cet immeuble réalise des travaux de réfection et lui impose des constats d’infraction pour le forcer à réagir.

12 846 $ d’amendes pour le 120 King Ouest

L’état du bâtiment situé au 120, rue King Ouest coûtera cher à son propriétaire, Sotirios Papadimitriou, qui cumule les constats d’infraction de la Ville de Sherbrooke pour des travaux qui n’ont pas été effectués. À ce jour, les constats s’élèvent à au moins 12 846 $, en incluant les frais.

La cour municipale a rendu quatre jugements, en l’absence du propriétaire, le 10 juin dernier. Ils sont tous liés aux travaux incomplets inscrits à un même certificat d’autorisation et totalisent 10 240 $. Ils s’ajoutent à un autre jugement, dans le même dossier, qui imposait une contravention et des frais de 2606 $ en janvier.

Selon les jugements obtenus par La Tribune, le propriétaire avait déjà reçu deux contraventions pour les mêmes motifs en 2018. Il s’était alors acquitté de frais atteignant 1130 $. 

Selon le Service des communications de la Ville de Sherbrooke, c’est la municipalité qui a exigé la réalisation de travaux, après quoi le propriétaire a obtenu son certificat d’autorisation. 

La Ville lui demande notamment de remplacer le revêtement extérieur dans la partie avant de son bâtiment. Elle souhaite aussi qu’il remplace le revêtement de toiture sur la partie avant de l’édifice.

Parmi les autres exigences, notons de repeindre les garde-corps au deuxième et au troisième étage et de repeindre le contour de certaines fenêtres. 

Enfin, la Ville demande de repeindre la section en brique de la façade latérale droite et le toit mansardé, en plus d’exiger que les joints de certaines briques soient réparés à plusieurs endroits. 

L’édifice en question est évalué à 561 000 $ selon le plus récent rôle d’évaluation de la Ville de Sherbrooke. 

Saisie envisagée

Selon le Service des communications, si les constats demeurent impayés, la Ville pourrait déposer une demande pour devenir propriétaire de l’immeuble, de manière à se rembourser.

M. Papadimitriou est également propriétaire du restaurant Mykonos, à Victoriaville, un établissement pris en exemple par la Ville en novembre pour justifier l’adoption d’un règlement qui force les propriétaires de bâtiments à terminer des travaux inachevés. Dans La Nouvelle Union, le directeur général François Pépin déclarait que la Ville avait exigé de retirer la brique de la façade du restaurant pour des raisons de sécurité. 

M. Papadimitriou s’est conformé à cette demande, mais n’a toujours pas installé de nouveau revêtement. Aux communications de la Ville de Victoriaville, on rapporte que des négociations sont en cours pour la réalisation de ces travaux. Victoriaville n’a pas délivré de constat d’infraction.

Enfin, l’homme d’affaires est aussi le propriétaire du 2, rue Wellington Nord, à Sherbrooke, où le Presse Boutique Café a fermé ses portes en 2006. Le bâtiment est inoccupé depuis, malgré la pose d’affiches annonçant l’ouverture d’un café « bientôt ». En mars 2019, des travaux avaient été amorcés à l’intérieur du futur café et le nom du Café aux grains a été apposé dans les fenêtres. Plusieurs employés avaient été embauchés l’été dernier, mais le café n’a toujours pas ouvert ses portes.