La directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté, est impressionnée par la générosité, en tant de crise, des Estriens.
La directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté, est impressionnée par la générosité, en tant de crise, des Estriens.

Sherbrooke Unie contre la pandémie donne espoir

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
La campagne de sociofinancement Sherbrooke Unie contre la pandémie a dépassé son objectif bonifié de 50 000 $. L’initiative qui vise à soutenir les membres de la communauté qui auront de la difficulté à se nourrir et, du même coup, les restaurateurs, avait pour objectif initial d’amasser 10 000 $, mais la générosité des Estriens a obligé les instigateurs à s’ajuster à la hausse.

« Grâce à plus de 500 contributeurs et le don de 3000 $ de Commerce Sherbrooke, on a dépassé les 52 000 $. Si on arrive à réaliser cela dans le contexte actuel, on est capable de faire n’importe quoi. Il n’y a plus rien à notre épreuve en tant que communauté », souligne Geneviève Côté, directrice générale de Moisson Estrie, l’organisme qui distribuera les repas cuisinés par les 14 restaurateurs participants aux membres de la communauté dans le besoin.

Le projet est une initiative citoyenne de Véronique Vigneault qui a fait appel à l’équipe de La Ruche Estrie pour lancer la campagne. Son ami Anh Minh Truong a réalisé le montage de la vidéo de présentation.

« Pour nous, c’est un double cadeau, car c’est un cadeau clé en main. L’initiative est tellement inspirante que d’autres régions travaillent en ce moment pour nous imiter », ajoute Mme Côté qui estime que l’argent amassé permettra aux restaurateurs de cuisiner plus de 10 000 portions de plat prêt-à-manger.

La directrice générale de Moisson Estrie rappelle que son organisme offre un service de dépannage alimentaire. « On a dû préciser notre mission, car quand le premier ministre a invité les gens à se tourner vers les banques alimentaires, certains ont voulu faire des provisions pour l’avenir. On a dû leur dire qu’on serait là quand ils n’auraient plus rien, mais qu’on ne pouvait les aider à faire des provisions », souligne-t-elle, précisant que pour le moment les demandes n’ont pas augmenté de façon exceptionnelle, mais qu’elle craint pour les semaines à venir.

« Là, les gens vivent encore sur leur dernière paie. Mais il y aura un délai entre celle-ci et les chèques promis par le gouvernement. »

Moisson Estrie a perdu plus de 50 pour cent de ses bénévoles réguliers, mais encore une fois, la mobilisation estrienne a permis à l’organisme de bienfaisance d’en recruter autant.

« Pour le moment, on a assez de bénévoles, mais j’invite quand même les gens à continuer de donner leur nom. On devra possiblement en remplacer au cours des prochaines semaines et si les demandes se multiplient, on aura besoin de renfort », relate Mme Côté.

Une campagne qui bat des records

Sherbrooke unie contre la pandémie a été lancée vendredi midi et elle a dépassé son objectif en un temps record.

« Au-delà de la somme amassée, ce qui est impressionnant, c’est le nombre de donateurs. Ce sera assurément la plus grande campagne réalisée par La Ruche Estrie. Concrètement, ça fait des petits ici et ailleurs. Cela suscite beaucoup de réflexions. C’est un élan d’espoir et ça prouve que notre communauté est résiliente, réactive », se réjouit Steven Radenne, directeur de La Ruche Estrie, qui se rend disponible si d’autres initiatives sont mises en branle.

Les restaurants participants sont Agropol, Bistro Belvédère, Café créatif au Croquis, Café Général, Chalet des Érables, Masala Café, Méchant Steak, O’Chevreuil — Tavernes Américaine, Pizzicato, Auguste, Baumann, Jack’O, Rituel G et Westley.

Il reste encore plus de trois semaines à la campagne. Pour contribuer : https://laruchequebec.com/projet/sherbrooke-unie-contre-pandemie-7033/