Quelque 20 chefs ont participé à la 4e édition de Sherbrooke t'en bouche un coin, dont l'équipe du Siboire qui a su ravir les papilles gustatives de nombreux participants avec ses petites bouchées.

Sherbrooke t'en bouche un coin grossit d'année en année

À l'image d'un bon vin, Sherbrooke t'en bouche un coin vieilli bien.
Sherbrooke ten bouche un coinparc jacques cartierSpectre média: Julien Chamberland
Pour la 4e édition, une foule nombreuse - probablement record - s'est présentée sous le grand chapiteau érigé au parc Jacques-Cartier en fin de semaine, particulièrement samedi.
« Ça manquait presque de bras pour nourrir toutes ces bouches », rigolait d'ailleurs un bénévole lors du passage de La Tribune dimanche.
Encore cette année, les plus gourmands ont pu satisfaire leurs envies grâce au travail des quelque 20 chefs présents qui ont travaillé d'arrache-pied tout le week-end pour offrir des mets originaux et distingués aux Sherbrookois.
Et avec la chaleur des derniers jours, les différents alcools servis sur place avaient la cote.
« Je suis tellement content d'être ici pour simplement profiter de la bonne bouffe au lieu d'être derrière les fourneaux! Avec la chaleur, les chefs méritent toute notre admiration », commentait René Thibault qui avouait avoir eu un gros coup de coeur pour les créations d'Alain Labrie de La table du chef et de Christian Fréchette du Da Toni.
La famille Landry avait pour sa part craqué pour les pogos de canard de Stéphane Lo Ré du Restaurant Lo Ré.
« C'est bien de venir ici en famille parce que ça nous permet d'éveiller les enfants à différentes saveurs que l'on ne cuisine pas nécessairement à la maison. Et pour les parents, avec un petit verre de vin, c'est encore plus plaisant », affirmait Louis Landry, patriarche de ce clan de Lennoxville.
Organisateurs emballés
À la tête de l'événement, Pauline Larouche était tout sourire dimanche. D'année en année, l'événement connu sous l'acronyme STEBUC s'améliore et prend de l'expansion.
À preuve, le chapiteau principal toujours plus gros et de mieux en mieux aménagé.
« On ne peut pas faire un événement classe et ne pas avoir d'installations classes », remarque la directrice générale.
Parmi les coups de coeur de la 4e édition, Mme Larouche mentionne l'Atelier Riedel, visant à faire comprendre toute l'importance d'utiliser le bon verre pour le bon vin!
« Les gens ont vraiment apprécié cet atelier. Je crois que ça été des moments forts du week-end », ajoutait Mme Larouche qui peut se targuer d'avoir élaboré une recette gagnante avec les années. « On met en valeur des produits de qualité de la région, et ça, les gens apprécient toujours », résumait-elle.