« Des projets, il y en a partout! Et de la concertation, il n'y en avait pas. Pendant le colloque, il a même été question de la mise sur pied d'un mouvement provincial. Celui-ci devrait être créé à l'automne », se réjouit Richard Painchaud, organisateur du colloque sur le sujet tenu en fin de semaine au Delta.

Sherbrooke pionnière dans les minimaisons

Sherbrooke fait de plus en plus office de pionnière en matière de minimaison. Vendredi s'est tenu au Delta le tout premier colloque québécois portant sur ce type d'habitation réunissant constructeurs, fonctionnaires municipaux, institutions financières, architectes, urbanistes... Samedi, la toute première coopérative de propriétaires de minimaisons en zone urbaine au Canada a été créée grâce au projet le Petit Quartier.
Pour la première fois depuis l'arrivée du mouvement des minimaisons au Québec, une centaine de personnes provenant de partout au Québec se sont concertées à l'occasion du colloque pour poser les assises de ce type d'habitation.
« Nous avons défini ce qu'est une minimaison. Ça peut sembler simpliste, mais le mot était utilisé en fourre-tout par bien des gens. Des maisons sur roues ou des maisons de 1200 pieds carrés étaient qualifiées de minimaisons entre autres pour des raisons de marketing. Ainsi, après discussion, il a été convenu qu'une minimaison devait avoir entre 400 à 700 pieds carrés de superficie au sol », explique Richard Painchaud, organisateur de l'événement, aidé par la Fédération des coopératives d'habitation et du Groupe Custeau.
L'événement a permis à chacun de partager leurs essais et leurs erreurs en ce qui a trait aux minimaisons, mais également de mettre en lumière l'importance du mouvement.
« Des projets il y en a partout! Et de la concertation, il n'y en avait pas. Pendant le colloque, il a même été question de la mise sur pied d'un mouvement provincial. Celui-ci devrait être créé à l'automne », souligne M. Painchaud.
Le Petit Quartier, laboratoire
Même si le colloque ne visait pas à mettre en vedette le « bébé » de M. Painchaud, le Petit Quartier, force est de constater que le projet de construction d'un quartier de 73 minimaisons dans l'arrondissement de Fleurimont alimentait les discussions.
« Ce sera le premier quartier de ce genre en zone urbaine au Canada », souligne M. Painchaud.
Une étape de plus a d'ailleurs été franchie dans ce projet samedi alors que s'est tenue l'assemblée générale visant la création officielle de la Coopérative d'habitation du Petit Quartier.
« Nous avons dorénavant notre conseil d'administration », annonce fièrement le Sherbrookois.
Jusqu'à maintenant 55 personnes ont fait part de leur intérêt à s'établir dans le nouveau quartier.
Bien qu'il reste plusieurs étapes avant le premier coup de pelle - prévu l'été prochain si toutes les procédures se déroulent comme prévu -, M. Painchaud sent que le projet progresse bien et que la Ville est derrière la coopérative.
« En tant que premier projet de ce type au Canada, toutes les autres villes regardent attentivement ce qui se passe à Sherbrooke. Il y a donc une grande volonté de bien faire les choses. Si on veut exporter le modèle sherbrookois, on doit arriver avec un projet de grande qualité », affirme M. Painchaud.
Le prix des minimaisons variera entre 101 000 $ à 116 000 $ taxes incluses.
« Un prix très intéressant pour les gens pour qui l'accessibilité à la propriété est problématique », fait valoir M. Painchaud.
N'habitera pas dans la coopérative de minimaison qui veut, prévient toutefois le Sherbrookois.
« Il y aura un comité de sélection. Les personnes qui se joindront à nous doivent vouloir vivre dans cette communauté. Nous voulons y retrouver un esprit de village », affirme-t-il.
Avis aux intéressés.