Le règlement prévoit d’autoriser la garde de deux à cinq poules, mais il sera interdit de posséder un coq.

Sherbrooke ouvre la porte aux poules

Il pourrait bientôt être légal de garder des poules en milieu urbain à Sherbrooke. Le sujet a fait l’objet de discussions à huis clos, mardi, au conseil municipal. La conseillère Karine Godbout a néanmoins annoncé qu’une consultation publique sur le sujet se tiendrait le 7 juin.

Les citoyens intéressés par le sujet pourront y assister à 19 h, à l’hôtel de ville. Le règlement prévoit d’autoriser la garde de deux à cinq poules, mais il sera interdit de posséder un coq. L’ensemble du règlement devrait être publié en ligne au courant de la journée de mercredi au sherbrooke.ca/poule.

Dans un communiqué, la Ville avance que le conseil souhaite permettre l’installation de poulaillers sur son territoire, à l’intérieur du périmètre urbain, en raison de l’intérêt de la population pour la garde de poules à la maison. Le règlement encadrera l’implantation et la conception du poulailler ou de l’enclos, les équipements, l’entretien, la vente et le bien-être des poules. Un enregistrement sur un registre de la Ville pourrait aussi être obligatoire.

Un complexe culturel pour Jean-Besré

Le complexe culturel comportant l’actuel Centre des arts de la scène Jean-Besré et la future salle de diffusion destinée à un jeune public, au coin des rues Aberdeen, Wellington Sud et du Dépôt, conservera le nom de Centre des arts de la scène Jean-Besré. Le lieu de production des arts de la scène constituait la première phase d’un complexe culturel qui sera achevé en 2020. Le nom de Jean Besré lui avait été attribué en tenant compte de l’ajout d’une phase 2, un deuxième édifice ayant une vocation complémentaire.

Le futur gestionnaire du lieu, Côté scène, recommande d’ailleurs le choix de ce nom.

Paul Gingues nommé maire suppléant

Le maire Steve Lussier avait annoncé, après son élection, son intention de nommer un nouveau maire suppléant tous les six mois. Après avoir confié la tâche à Marc Denault pour le début du mandat, c’est le conseiller du district de l’Université, Paul Gingues, qui prend la relève. M. Lussier a précisé qu’il s’agissait d’une fonction importante et que son titulaire était souvent appelé à intervenir à la dernière minute. Dans le même sens, selon M. Lussier, le maire suppléant doit prendre le relais si le maire actuel devient inapte.

Nouvelle directrice aux ressources humaines

Nathalie Carignan, qui agissait comme adjointe au directeur des ressources humaines à la Ville de Sherbrooke, prend désormais les rênes du Service. Elle succède à Daniel Picard, nommé directeur général. Le poste a été doté sans affichage en raison de l’expérience de Mme Carignan et de l’importance de pourvoir le poste rapidement dans le contexte des nombreux départs à la retraite.

La nouvelle directrice est diplômée en administration des affaires et travaille à la Ville depuis 1999. Elle devient la première femme à occuper ce poste.