Selon le site Slice, Sherbrooke aurait le coût de vie le moins élevé parmi les villes de plus de 100 000 habitants au Canada.

Sherbrooke, la moins chère au Canada

Sherbrooke aurait le coût de vie le moins élevé parmi les villes de plus de 100 000 habitants au Canada selon un palmarès publié par le site Slice. Une bonne ou une mauvaise nouvelle pour la reine des Cantons-de-l'Est?
Parmi les données analysées - tirées de la banque de données Salary Expert - pour établir ce palmarès, notons entre autres le coût de la nourriture, des transports, des services de santé, des services publics, des taxes et des logements.
Selon ces indicateurs, Sherbrooke aurait un coût de vie 15,6 % moins cher que le reste du pays.
La Tribune a demandé à Hélène Dauphinais, conseillère municipale mais économiste de carrière, et à Claude Denis, directeur du CA de la Chambre de commerce de Sherbrooke, de commenter ce palmarès.
M. Denis ne montre aucune surprise devant ces résultats, étant lui-même arrivé à une conclusion semblable à la suite de ses lectures. « Je vois beaucoup de statistiques, et Sherbrooke sortait souvent comme l'une des villes avec les revenus les moins importants, les valeurs d'habitation les moins élevées et le coût de la vie le moins élevé. Tout se tient ensemble », explique-t-il. Pour Claude Denis, cette situation est très avantageuse pour les Sherbrookois. « Une fois toutes les dépenses payées, nous sommes ceux à qui il reste le plus d'argent dans les poches pour les loisirs, qui nous coûtent aussi moins cher. Sherbrooke est l'un des endroits où on en a le plus pour notre argent en plus de profiter d'une grande qualité de vie et d'un sentiment de paix et de sécurité », souligne-t-il.
Pour Hélène Dauphinais, « ce que ce genre d'étude nous porte à croire c'est que les Sherbrookois sont mieux en fin de compte, mais ce n'est pas nécessairement vrai. Pour connaitre la situation globale d'une personne, il faut regarder ses revenus - ce que l'étude a omis de faire - et sa capacité à s'enrichir pour se constituer un patrimoine... Il y a donc plusieurs aspects à considérer avant d'être capable de faire une telle affirmation et d'être capable de l'appliquer à tous les profils de citoyens », nuance-t-elle.
Des salaires moins élevés
Selon Mme Dauphinais, une catégorie de travailleurs serait particulièrement avantagée par un coût de vie moins élevé.
« Il s'agit des gens dans la fonction publique. Un résultat comme celui présenté dans ce palmarès est une bonne nouvelle pour eux puisque leur salaire est déterminé à l'échelle provinciale. Donc tu profites d'un bon revenu en général et d'un coût de la vie moindre », analyse-t-elle.
À l'inverse, les travailleurs des entreprises privées seraient pénalisés par cette situation.
« Les salaires dans le privé sont généralement moins élevés, du moins ici à Sherbrooke. La vie coûte moins cher, mais la main-d'oeuvre également. Un emploi comparable au privé risque d'avoir un salaire plus élevé à Montréal ainsi que des possibilités d'avancement. Il y a beaucoup moins de pyramides d'emploi dans les entreprises ici, ce qui nuit à l'avancement et à l'augmentation de son salaire à long terme. Il y a une corrélation entre les salaires au privé et le coût de la vie correspondant à la ville dans laquelle s'est établie l'entreprise », croit Mme Dauphinais.
Même s'il est conscient de la difficulté à retenir la main-d'oeuvre qualifiée à Sherbrooke, notamment les jeunes attirés par les salaires élevés des grandes villes, Claude Denis croit que ceux qui restent « sont gagnants de façon globale, même s'ils sont moins payés de l'heure ». Sur le plan des affaires, il voit surtout le côté positif d'un faible coût de la vie. « C'est très attractif pour l'implantation de nouvelles entreprises. Avec son potentiel, Sherbrooke pourrait avoir l'un des plus bas taux de chômage au Québec dans les prochaines années si nous offrons plus de bons emplois », croit-il. Claude Denis rappelle que Sherbrooke se trouve également dans le top 5 des villes canadiennes les plus propices aux affaires et où le potentiel de croissance est l'un des meilleurs au Canada.
Accès à la propriété facilité
Chose certaine, un coût de vie moindre représente un avantage indéniable pour l'accès à la propriété.
« Sur cet aspect, Sherbrooke est assurément une ville où l'accès à la propriété pour les jeunes est possible », confirme Mme Dauphinais.
Mais si la maison coûte moins cher à l'achat, elle vaudra également moins cher au moment de la revente. « Il y a peut-être plus de sacrifices à faire pour accéder à la propriété dans les grandes villes, mais les profits sont plus grands rendus à la retraite. C'est donc un aspect à considérer également », poursuit-elle, en précisant qu'il y a une foule de facteurs à considérer pour déterminer le coût de la vie.
Les autres villes québécoises à faire partie du top 20 canadien sont, en ordre d'apparition : Laval (2), Saguenay (3), Lévis (4), Terrebonne (5), Longueuil (6), Trois-Rivières (8), Québec (15) et Gatineau (16).