En août dernier, Thetford Mines a accueilli les Jeux du Québec d’été. Québec sera la ville hôte des prochains jeux d’hiver.

Sherbrooke est intéressée aux Jeux du Québec, mais...

Sherbrooke a un intérêt pour la présentation des Jeux du Québec d’hiver, en 2023. Mais justement, il y a un « mais ».

« Oui on a un intérêt, mais c’est à voir. Le modèle actuel d’organisation des Jeux du Québec ne convient pas à Sherbrooke, surtout lorsqu’on compare les investissements nécessités et les retombées anticipées. Le gouvernement du Québec doit revoir le modèle des Jeux du Québec, alors on va attendre de voir si on y trouve notre compte pour aller de l’avant. On ne veut pas organiser des Jeux pour organiser des Jeux; il doit y avoir un legs », a dit le conseiller municipal Vincent Boutin, qui est également président du comité du sport et du plein air à la Ville de Sherbrooke, de même que président du conseil d’administration d’Excellence Sportive Sherbrooke (ESS).

« Après les Jeux de la Francophonie, avec le comité organisateur des événements majeurs (COEM), on a regardé plusieurs options et les Jeux du Québec d’hiver en faisaient partie. Sherbrooke a accueilli deux fois cette compétition, en 1977 et 1995, mais c’étaient les finales des Jeux d’été. On trouve intéressante l’idée d’accueillir les Jeux d’hiver. »

« Par contre, si le protocole demeure le même, je doute que Sherbrooke aille de l’avant dans le dossier. Sans compter que les exigences des fédérations sportives en matière d’infrastructures ont augmenté. On parle ici de standards pour des compétitions d’envergure canadiennes. Ça implique des coûts supplémentaires. Mais il faudra voir. On est un peu à la remorque de cette refonte », a poursuivi M. Boutin.

Le modèle de financement des Jeux du Québec n’aurait pas évolué beaucoup, depuis la première édition en 1971.

Les sommes accordées aux milieux hôtes n’ont pas été bonifiées depuis plusieurs années, ce qui refroidit l’ardeur des milieux intéressés à l’accueil de cette compétition provinciale.

De fait, la Ville de Québec a levé la main à la dernière minute, en juin 2017, afin d’organiser les finales des Jeux d’hiver de mars 2019.

Alors ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, avait reconnu que la candidature de Québec arrivait à point.

« C’est devenu un peu plus difficile de trouver des municipalités parce que ce n’est pas simple d’organiser les jeux. On a un certain défi, nous, au gouvernement, d’actualiser, soit les montants ou la collaboration qu’on peut apporter. Ce ne sont pas toutes les municipalités non plus qui ont toutes les infrastructures adéquates. Je suis en réflexion avec un de mes collègues pour rendre ça plus attrayant », avait-il alors mentionné.

Un calendrier à préciser

Sherbrooke a encore du temps avant de prendre une décision définitive quant à son intérêt pour 2023, comme l’explique Frédéric Lemieux, coordonnateur principal – Jeux du Québec et Gestion des connaissances, à Sports Québec.

« Le calendrier décisionnel n’est pas établi encore. Chose certaine, les villes intéressées devront démontrer leur intérêt après la présentation des finales provinciales des Jeux du Québec de mars 2019, à Québec, et avant la période estivale. »

« On va lancer le processus d’appel après Québec. Il y a d’abord l’étape préliminaire, qui consiste à démontrer de l’intérêt pour l’accueil de l’événement. Ensuite, un processus en trois étapes s’enclenche, pour les villes intéressées et qui peut s’échelonner sur une période d’entre 12 et 15 mois. »

« La première étape, c’est l’évaluation technique des milieux candidats, leur capacité d’accueil, et leurs installations. Ensuite, le milieu candidat doit démontrer ses appuis, à l’aide du cahier des partenaires essentiels, dans lequel on doit démontrer davantage que de la bonne volonté, mais qu’il y a un réel engagement de la communauté à soutenir la candidature. Enfin, les milieux intéressés déposent officiellement leur cahier de candidatures », a précisé M. Lemieux.

Jusqu’à présent, Châteauguay, Rimouski et Drummondville ont démontré de l’intérêt pour la présentation de la finale des Jeux d’été du Québec, en 2022.

À Thetford Mines, en août dernier, lors de la présentation des derniers Jeux d’été, une journée d’information a été tenue par Sports Québec et Sherbrooke y avait un représentant.

Le budget pour accueillir les Jeux du Québec peut varier entre 5,5 et 6 millions de dollars.