La chef de Sherbrooke Citoyen, Hélène Pigot, et le candidat Richard Vachon ont dévoilé les priorités de la formation politique en matière de culture.

Sherbrooke Citoyen veut un plan d’action en culture

Pour soutenir le milieu culturel et le rapprocher des citoyens, Sherbrooke Citoyen s’engage à bonifier le financement des maisons de la culture et à élaborer un plan d’action. Le parti municipal suggère aussi d’encourager un artiste local en créant un poste d’artiste en résidence.

Ces deux engagements représenteraient des investissements d’environ 160 000 $, dont 100 000 $ à séparer parmi le centre Pierre-Gobeil de Rock Forest, la Maison Uplands de Lennoxville, la salle du Parvis de Fleurimont, la Maison des arts et de la culture de Brompton et le comité Art et culture de Jacques-Cartier. La somme serait répartie selon les besoins de chacun. Environ 50 000 $ serviraient par ailleurs, à parts égales, à l’achat, à l’entretien et au renouvellement des équipements. D’autres sommes pourraient être ajoutées une fois le cadre financier établi.

« Chaque dollar investi dans la culture est répercuté sept fois dans notre économie. À Sherbrooke, nous avons une formation extraordinaire du primaire jusqu’à l’université dans la culture. Il y a beaucoup d’artistes, quand on leur donne la place, qui sont très intéressants. Par exemple, au Tremplin, il y a toute une tribune sur le slam et on voit deux personnes, Mme Verville et M. Goudreault, qui sortent du lot et se font connaître sur la scène internationale. Il nous semble donc qu’il faut s’assurer que la culture est bien représentée. Déjà, il y a un problème d’arrimage entre les différents services de la Ville. La Ville n’est pas assez proche des milieux dans les arrondissements », fait valoir la chef Hélène Pigot.

« Nous voulons multiplier les occasions où nos artistes peuvent s’exprimer pour nous assurer que la culture est présente. Par exemple, pour la présentation des candidats aux élections, il n’y a pas eu d’artiste de Sherbrooke pour égayer la soirée. En favorisant ces lieux-là, c’est une façon de retenir les artistes. »

Nouvelle production locale à Nikitotek

Sherbrooke Citoyen propose donc d’élaborer, en six mois, un plan d’action basé sur la nouvelle politique culturelle de la Ville de Sherbrooke, adoptée au printemps 2016. Un cadre financier pourrait alors être rattaché au plan d’action.

Le candidat du district de Desranleau, Richard Vachon, a entre autres souligné que le budget accordé aux sports, à la culture et à la vie communautaire à Sherbrooke en 2017 était de 23 M$, alors que des villes comme Trois-Rivières et Gatineau réservent 17,6 M$ exclusivement pour la culture.

M. Vachon a fait valoir qu’il est ironique de faire venir une troupe comme Québec Issime à la place Nikitotek alors qu’il s’agit d’une troupe ayant pris naissance à Saguenay. Après les résultats décevants d’Omaterra, une production locale à la place Nikitotek, le candidat aurait souhaité voir un deuxième projet de production sherbrookoise.

« Nous pourrions nommer un artiste en résidence, par exemple un poète ou un peintre, et accorder 10 000 $ annuellement. Il participerait à des événements et créerait des œuvres sur commande », lance Richard Vachon.

Sherbrooke Citoyen compte faire de la représentation auprès des autres paliers de gouvernement pour assurer de nouveaux investissements en culture.

Enfin, Hélène Pigot estime que la place Nikitotek est sous-utilisée. « Il faut miser aussi sur des spectacles d’ici. Je reste convaincue qu’elle n’est pas mise en valeur. Il est très difficile d’y accéder. On peut arriver à mieux faire vivre cette place-là. »