La chef du parti Sherbrooke Citoyen, Hélène Pigot, était entourée de ses candidats dans Brompton, Raymond Gaudreault, dans le district du Golf, Laurie Bush, et dans Saint-Élie, Mohamed Barouti, pour dévoiler les engagements en matière d'agriculture.

Sherbrooke Citoyen veut plus de place pour l'agriculture

Sherbrooke Citoyen veut faire une plus grande place à l’agriculture, notamment en incitant Sherbrooke Innopole à considérer davantage les entreprises agricoles. Le parti municipal suggère aussi de faire plus de place pour les producteurs locaux au Marché de la gare et d’ajouter des jardins communautaires.

« Nous avons pris connaissance du plan de développement de la zone agricole et nous ne voulons pas le tabletter. Ce que nous retrouverons dans le plan correspondra beaucoup à ce que Sherbrooke Citoyen met de l’avant. Ce qu’on veut, c’est favoriser la production agricole en disant que 37 % du terrain à Sherbrooke est agricole. Il est important que Sherbrooke Innopole le mette dans ses filières-clés. Il est important aussi de diversifier la production, entre autres favoriser la production maraîchère. Il faut que la Ville soit leader pour cette diversification de la production agricole », résume la chef Hélène Pigot.

La candidate indépendante Christelle Lefèvre, dans Saint-Élie, avait déjà proposé la création d’un organisme paramunicipal consacré à l’agriculture. Hélène Pigot croit qu’il faut plutôt confier le mandat à Sherbrooke Innopole. « Il semble que les agriculteurs ne soient pas prêts à avoir un organisme différent. Ils préfèrent une filière dans Sherbrooke Innopole. Si la majorité des agriculteurs souhaitent un organisme différent, peut-être irons-nous dans cette voie-là, mais pour le moment, nous répondons à leur demande. Ils ont peur d’être isolés. À partir du moment où ils deviennent une force économique, ils seront mieux considérés.

« Nous voulons aussi mettre de l’avant tout ce qui est distribution, entre autres désenclaver le Marché de la gare. Il y a une grosse problématique avec le Marché, qui est administré par Destination Sherbrooke. Est-ce que ça ne devrait pas être Commerce Sherbrooke ou Sherbrooke Innopole parce que nous parlons de commerçants qui veulent avoir pignon sur rue? Comment les producteurs peuvent distribuer leurs produits? On ne peut pas leur demander d’être sept jours sur sept au marché et sept jours sur sept dans leur production. C’est impossible. Il faut repenser les marchés locaux », ajoute-t-elle.

Mme Pigot veut aussi favoriser l’agriculture urbaine et parle de développer plus de jardins communautaires, entre autres en s’assurant que la Ville fournisse des terrains pour ces jardins collectifs. Elle rêve même d’une ferme urbaine où les écoles pourraient effectuer des visites éducatives.

Le candidat du parti dans Brompton, Raymond Gaudreault, a pour sa part mentionné qu’il faut consulter les agriculteurs avant d’adopter de nouveaux règlements qui les concernent.

Sa collègue Laurie Bush, du district du Golf, est justement en démarrage d’une entreprise agricole. Elle dénonce la structure administrative qui rend les démarches compliquées et encourage le développement de projets comme Banque de terres.

Hélène Pigot n’a pas chiffré la valeur de ces engagements. « Je ne crois pas que les investissements soient si lourds que ça. On pourrait réaffecter des gens au lieu d’en engager. L’UPA peut aussi donner un coup de pouce très sérieux. Ce sont plutôt des mesures de réorganisation. »