Sherbrooke Citoyen veut diffuser intégralement les séances du conseil

Sherbrooke Citoyen s’engage à diffuser intégralement les séances du conseil municipal, mais aussi les séances des conseils d’arrondissement et les consultations publiques.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le parti municipal mentionne qu’il entend aussi trouver un mécanisme pour permettre aux citoyens d’interagir en direct pendant ces différentes activités, notamment en posant des questions sur internet. Les élus et les fonctionnaires y répondraient par la suite.

C’est la candidate du district du Carrefour, Évelyne Beaudin, qui en a fait l’annonce mercredi, en soulignant que les technologies de l’information devaient être mises au service de la démocratie. Elle rappelait qu’en avril 2016, les questions portant sur le dossier des dons illégaux versés au Renouveau sherbrookois par des prête-noms avaient été coupées au montage de l’émission diffusée sur les ondes de MaTV. « C’était également le cas de toute allusion qui avait été faite à ce sujet durant la séance. »

Sa collègue Christine Labrie, candidate dans le district des Quatre-Saisons, a relevé qu’entre septembre 2016 et septembre 2017, 205 questions de citoyens ont été posées au conseil municipal. « Seulement 52 questions ont été diffusées. Autrement dit, 74 % des questions ont été coupées au montage. »

Selon Sherbrooke Citoyen, le processus actuel de montage, qui consiste à tirer une émission d’une heure de chaque séance du conseil municipal, est plus coûteux que ce que coûterait une diffusion intégrale et en direct des séances du conseil.

Le parti municipal ajoute avoir webdiffusé en direct ses trois rencontres citoyennes tenues pendant la campagne.

Christine Labrie et Evelyne Beaudin

Sévigny ne tient pas ses promesses, accuse Lussier

Le candidat à la mairie Steve Lussier accuse son adversaire Bernard Sévigny de ne pas tenir ses promesses. Dans un communiqué, M. Lussier se moque du slogan du maire sortant, Croire en Sherbrooke, en affirmant qu’il préfère douter de M. Sévigny.

« Il n’est pas question de croire en Bernard Sévigny, qui a démontré depuis huit ans qu’il n’est pas digne de la confiance des Sherbrookois, lui qui manque de transparence, qui jongle avec les millions de dollars en improvisant dans des projets coûteux, sans plan d’affaires et qui fait volte-face dans ses propres engagements », écrit Steve Lussier.

« Mon adversaire a eu huit années sur deux mandats complets pour essayer de gérer Sherbrooke, huit années pendant lesquelles il a fait toute une série de promesses qu’il n’a pas tenues. Ce qu’il réussit à faire, cependant, c’est d’entraîner l’administration municipale et les citoyens dans des gouffres financiers et des projets farfelus qui font exploser la dette tout en augmentant les taxes de façon draconienne. »

M. Lussier cite entre autres l’abolition possible des référendums municipaux et la promesse de 2009 du Renouveau sherbrookois de créer un bureau de la consultation, une promesse à nouveau dans le programme du parti politique cette année. « Je m’engage à laisser les clés de la démocratie aux citoyens et à permettre les référendums municipaux si les citoyens le demandent. [...] Je mettrai en place un guichet citoyen pour qu’aucun d’eux ne soit tenu à l’écart ou bousculé dans l’appareil municipal. »

Steve Lussier rappelle aussi que Bernard Sévigny avait affirmé qu’il se limiterait à deux mandats. « Je m’engage à être maire à temps plein pendant un maximum de deux mandats consécutifs », promet M. Lussier.

M. Lussier rappelle qu’il propose un gel de taxes pendant la première année de son mandat et avance qu’il verra à ce que « le patrimoine vert soit préservé, protégé et même développé ».

Dans son communiqué, Steve Lussier réclame à nouveau la démission de Bernard Sévigny.