Hélène Pigot veut étendre la collecte de compost aux écoles, aux CPE et aux restaurants. Elle a en fait l’annonce des candidates Gabrielle Gagnon et Christine Labrie.

Sherbrooke Citoyen veut des bacs bruns pour les restos

Sherbrooke Citoyen veut étendre la collecte du compost aux restaurants, aux écoles et aux CPE. La mesure, qui coûterait environ 600 000 $, pourrait être implantée dans la première année de mandat si Hélène Pigot remporte la mairie.

« Nous voulons élargir le compostage parce que c’est beaucoup demandé par les restaurateurs. Ils en ont assez de voir leurs déchets mal triés. Pour ce qui est des écoles, on sent que les élèves et les professeurs sont frustrés de la situation parce qu’on fait de l’éducation à la maison pour le tri des déchets, mais on met tout à la poubelle dans les écoles. Ce sont des grands générateurs de déchets organiques », expose Mme Pigot.

« Il y a déjà eu un projet-pilote au centre-ville qui a été controversé et qui n’a pas été continué. La mesure est très bonne pour l’environnement, mais très peu coûteuse pour la Ville. Nous pensons que 4000 tonnes de matières organiques seront détournées de l’enfouissement. Comme il en coûte environ 200 $ la tonne, ce qu’on pense, c’est que ça coûtera 600 000 $ de réaliser cette récupération de matière organique. Mais il faut savoir que nous recevons des redevances du gouvernement du Québec lorsque nous faisons de la bonne collecte de matières résiduelles. En fonction du volume que nous pensons détourner, nous nous attendons à ce que Québec nous verse entre 150 000 et 200 000 $ de plus. »
Sherbrooke Citoyen s’engage à dispenser des formations auprès des employés pour assurer un bon fonctionnement de ces cueillettes. Plus de 300 restaurants, une centaine d’écoles et une cinquantaine de garderies seraient visés.

« Il faudra s’arrêter avec les restaurateurs pour voir ce qui est le plus pratique. Est-ce qu’on doit le faire de façon collective ou est-ce que certains restaurateurs sont assez générateurs pour avoir leur propre bac? Nous verrons. C’est une mesure qui est tellement facile à implanter que dès la première année, nous nous y attaquerons. »

Réinstaurer le service de l’environnement

Dans un esprit plus large, Sherbrooke Citoyen voudrait poursuivre la sensibilisation des citoyens, si bien qu’elle souhaite réinstaurer un Service de l’environnement à la Ville de Sherbrooke, un service qui est devenu une division du Service des infrastructures urbaines et de l’environnement au cours du dernier mandat.

Vicky Langlois, copropriétaire de La Capsule, sur la rue Wellington Sud, était présente à l’annonce de Sherbrooke Citoyen pour exposer sa propre expérience. « Quand je suis arrivée, il n’y avait pas de compost. Quand j’en ai parlé aux restaurateurs autour de moi, ils m’ont dit de ne pas perdre mon temps avec ça. Ils disaient avoir essayé et qu’il n’y avait pas d’ouverture de la Ville. C’est un sujet pour lequel nous sommes prêts à embarquer », commente-t-elle.

Mme Langlois mentionne que certains clients sont tellement sensibilisés qu’ils demandent parfois de ramener leur compost à la maison, sachant qu’il n’est pas possible de composter dans le restaurant.
La commerçante mentionne que les restaurateurs se déplacent pour amener leurs restants dans le Free go, donc qu’un bac commun pourrait très bien faire l’affaire. « Ou plus qu’un, parce qu’on va le remplir vite. »

Hélène Pigot estime que les bacs devraient être fournis par la Ville.