Évelyne Beaudin devient la première conseillère municipale élue sous la bannière de Sherbrooke Citoyen. La chef du parti, Hélène Pigot, a été défaite par Steve Lussier à la mairie.

Sherbrooke Citoyen fait une percée à l’hôtel de ville

Évelyne Beaudin est devenue la première et seule conseillère municipale élue sous la bannière de Sherbrooke Citoyen (SC), dimanche soir, délogeant ainsi le candidat sortant, Pierre Tardif, dans le district du Carrefour, par 189 voix. Même s’il s’agit d’une petite percée pour SC, il s’agit d’un pas dans la bonne direction, estime la chef du parti, Hélène Pigot, candidate défaite à la mairie. Mme Pigot n’a pas voulu s’avancer à dire si elle demeurera chef à la suite de cette élection.

Sherbrooke Citoyen a présenté au total 17 candidatures, dont Hélène Pigot à la mairie, et 16 candidats aux postes de conseiller ou de conseiller d’arrondissement.

C’est la cofondatrice du parti, qui a été constitué en 2016, qui fera son entrée à l’hôtel de ville.

Dans le district des Quatre-Saisons, la candidate de SC, Christine Labrie, a talonné le conseiller sortant Vincent Boutin, du Renouveau Sherbrookois, qui a remporté l’élection par 57 voix.

« On a fait un pas énorme dans cette élection, a souligné Mme Pigot. Il y a un an, Sherbrooke Citoyen n’existait pas sur les lèvres des Sherbrookois. Maintenant, il existe... »

« Je viens de terminer ces 45 jours de campagne. Tous, on a besoin de se réunir et de savoir ce qu’on va faire ensemble pour continuer la route. À ce moment-là, on verra aussi quel sera mon rôle. »

Ses premiers mots ont été pour les électeurs qui se sont déplacés pour aller voter. « C’était un grand jour de la démocratie », a-t-elle souligné.

« Sherbrooke Citoyen, au-delà d’être un parti, c’est une gang de monde. Au début, je disais une poignée de monde. Là, je dirais une gang qui s’intéresse à la politique pour le bien commun, pour les bonnes raisons, pas juste pour le prestige », a souligné Mme Beaudin, qui a aussi été candidate lors des dernières élections municipales de 2013, alors qu’elle était âgée de 25 ans.

« On n’a peut-être pas assez fait la démonstration que ce que l’on proposait était vraiment différent. Je crains que les Sherbrookois se réveillent assez difficilement après les élections parce que je ne pense pas que M. Lussier va incarner un Sherbrooke nouveau... Ce qu’il incarne, ce n’est pas un Sherbrooke du 21e siècle et je crains qu’il nous fasse repartir en arrière... » a commenté Mme Pigot.

Le candidat à la mairie Denis Pellerin est surpris que M. Lussier soit premier au fil d’arrivée. À ses yeux, la défaite du maire sortant Bernard Sévigny s’explique par une certaine arrogance. Satisfait de sa campagne électorale, M. Pellerin n’entend pas se présenter de nouveau comme candidat, mais entend demeurer présent aux séances du conseil municipal.