Bernard Sévigny, en compagnie de Vincent Boutin et de Bruno Vachon, a pris trois engagements en matière de sport et d’activité physique.

Sévigny vise les Jeux du Québec d'hiver de 2023

Le Renouveau sherbrookois s’engage à déposer la candidature de Sherbrooke pour les Jeux du Québec de 2023. L’événement hivernal permettrait à la Ville de Sherbrooke de rafraîchir ses infrastructures sportives pour les saisons froides.

Le chef du parti municipal, Bernard Sévigny, en a fait l’annonce mercredi en compagnie de ses candidats Bruno Vachon et Vincent Boutin. Il a profité de l’occasion pour prendre deux autres engagements en matière de sports.

« Que ce soient les Mondiaux jeunesse, les Jeux du Canada, nous avons passé près d’obtenir les Jeux de la Francophonie et nous avons eu deux fois les Jeux du Québec, en 1977 et en 1995... Ce sont des jeux d’été. Pour la première fois, nous soumettrons notre candidature pour des jeux d’hiver. Évidemment, les infrastructures sont fort différentes, mais nous sommes déjà bien équipés pour accueillir ces jeux. Il y aurait des mises à niveau, peut-être de nouvelles infrastructures. Ce sont des occasions, les grands événements multisports, de rafraîchir les infrastructures », explique M. Sévigny.

Le deuxième engagement vise principalement le soutien administratif et organisationnel pour les petits clubs sportifs. « Nous proposons 50 000 $ par année pour mieux supporter les petites organisations sportives dans la gestion qu’elles ont à faire, dans la comptabilité, les logiciels, la communication qu’elles doivent faire. On sent un soutien à apporter à ces petits groupes », commente Bernard Sévigny.

Vincent Boutin, qui agissait comme président du comité du sport et du plein air au cours des quatre dernières années, rapporte qu’on compte 43 organismes et clubs sportifs sur le territoire de la Ville de Sherbrooke.

« Évidemment, il y en a des gros, quand on parle du Mistral, de Hockey Sherbrooke, mais il y en a des petits qui ont une clientèle très spécifique. Ce sont les petites organisations, portées à bout de bras par les parents, qui manquent de moyens. C’est là qu’on veut agir », ajoute M. Sévigny.

L’enveloppe ainsi annoncée servirait aux besoins du quotidien, alors que d’autres fonds existent pour soutenir les besoins en infrastructures.

Enfin, le politique du sport et de l’activité physique sera modernisée, voire réécrite. « Les choses ont évolué. Nous voulons nous mettre à jour à l’égard de nos clubs sportifs. La politique actuelle date de 2004. Le vocabulaire a changé, de nouveaux sports et de nouvelles activités sont apparus. Nous devons en tenir compte. » M. Sévigny parle notamment du frisbee et du pickleball, des sports qui sont apparus avec les années et dont la Ville doit tenir compte dans sa politique. Il rapporte que les références aux saines habitudes de vie et aux problèmes d’embonpoint et de sédentarité sont aussi plus nombreuses.