Sévigny réélu à la présidence de l'UMQ

Finaliser le dossier de l'autonomie des municipalités, voilà la priorité du maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, pour son deuxième et dernier mandat de président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ). Réélu à la tête de l'organisation en fin d'après-midi mercredi, M. Sévigny dresse par ailleurs un bilan positif de sa première année à la présidence.
« Nous voulons être à la table quand les gouvernements déterminent la nature des programmes en matière de développement économique », fait valoir le maire de Sherbrooke au sujet du travail à accomplir dans la prochaine année.
Il s'intéressera aussi au sommet organisé par le ministère des Transports sur les aéroports régionaux. « La mobilisation est bonne. Nous arriverons prêts au sommet. Nous sommes à nous documenter sur les problématiques soulevées dans chacune des villes et nous arriverons avec des propositions précises », mentionne-t-il, ajoutant que le dossier est « beaucoup plus macro que celui de l'aéroport de Sherbrooke ».
Le dossier du salaire des élus, lui, n'est pas particulièrement à l'ordre du jour. « Des dispositions sont prévues dans les projets de loi 122 (sur l'autonomie des municipalités) à propos du salaire des élus. »
Projet de loi 122
Ce projet de loi 122, qui confère plus de pouvoir aux municipalités, constitue selon Bernard Sévigny un point fort de sa présidence. « Nous récoltons ce que nous avons semé dans les dernières années. C'est moi qui suis président, mais c'est le fruit du travail d'Éric Forest et de Sylvie Roy également. Je bénéficie d'un contexte extrêmement positif, d'une ouverture que nous n'avions pas vue depuis une trentaine d'années. Philippe Couillard a pris l'engagement de reconnaître l'autonomie des municipalités il y a deux ans, et honnêtement, il a livré.
« Ils ont compris, et M. [Martin] Coiteux (NDLR : ministre des Affaires municipales) particulièrement, c'est quoi l'autonomie municipale. Ça ne veut pas dire que nous ne négocions pas de façon serrée, mais nous parlons en partenaires. Ce n'est pas moins compliqué, mais le contact est facilité. »
Le président de l'UMQ ne devra-t-il pas encore convaincre la population que l'abolition des référendums citoyens ne constitue pas une perte importante? « Le ministre a été clair qu'un rapport serait déposé le 1er juillet pour proposer un nouveau processus de consultation. De là, chaque municipalité devra adopter un processus de consultation avec les paramètres présentés. Je pense que ça répondra aux besoins. »
Développement économique
Le développement économique, notamment la mission organisée dans l'État de New York, arrive aussi très haut dans les réalisations dont se targue le président de l'UMQ. « Le forum des assises porte sur le développement économique et je me suis assuré, lorsque j'ai signé l'entente avec le gouvernement du Québec le 6 décembre, que M. Couillard accepterait de tenir un chantier sur le développement économique local et régional. Il a pris un engagement ferme. »
Enfin, Bernard Sévigny ne croit pas que son rôle lui nuira pendant la prochaine campagne électorale. Les dossiers de l'UMQ ne devraient pas en souffrir non plus. « Il y aura peut-être un peu moins de représentation sur le terrain, mais sur le plan administratif, les dossiers continueront d'avancer. »
Et Sherbrooke continuera de profiter de l'implication de son maire, dit-il. « Des chantiers comme celui de l'autonomie municipale, ils profitent aussi à Sherbrooke. La fonction amène beaucoup d'avantages pour les Sherbrookois. Je n'ai rien inventé. C'était vrai aussi au temps de Jean Perrault. »