Stéphane Simoneau
Stéphane Simoneau

Seuls les feux de foyers extérieurs conformes sont permis

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Les feux de joie seront interdits sur le territoire de la Ville de Sherbrooke, même pour la Saint-Jean-Baptiste, à moins que les conditions météorologiques changent au cours des prochaines heures.

Le directeur du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke, Stéphane Simoneau, rapporte que la Ville se conforme aux directives de la SOPFEU. 

À LIRE AUSSI: Plusieurs records de chaleur battus en Estrie

Il n’est toutefois pas interdit de faire un feu de foyer extérieur qui respecte la réglementation municipale. « Les directives de la SOPFEU ne concernent pas les foyers réglementaires qui comportent un pare-étincelles sans ouverture dépassant 7 mm. Les feux d’abattis, de branches sont interdits, comme les feux à ciel ouvert. »

M. Simoneau recommande aux citoyens de consulter le site de la Ville et de taper le mot feu dans l’outil de recherche pour valider que leurs installations sont conformes. « Le constat d’infraction peut atteindre 4000 $ s’il y a récidive d’une installation non conforme. » 

Le directeur du Service de protection contre les incendies précise que la permission de faire des feux dans des foyers conformes n’empêche pas le règlement sur la nuisance de s’appliquer. « En tout temps, si nous avons une plainte d’un voisin qui se dit incommodé par la fumée, nous demanderons à l’utilisateur d’éteindre son feu. »

Isabelle Gendron, porte-parole du Service de police de Sherbrooke, mentionne qu’il n’y a ni plus ni moins d’effectifs sur le terrain pour surveiller les feux illégaux. Au Service de protection contre les incendies, on ne prévoit pas de brigade spéciale comme on en fait parfois lors des rentrées scolaires, dans des zones ciblées plus à risque.

À noter qu’il est interdit d’utiliser des feux d’artifice domestiques, des grands feux d’artifice ou des pièces pyrotechniques à effet théâtral sans avoir obtenu l’autorisation de l’autorité compétente. Il est aussi interdit d’allumer, de faire allumer ou de permettre que soient allumés des feux d’artifice sans cette même autorisation. 

La SOPFEU explique que l’interdiction des feux à ciel ouvert ou des feux d’artifice en forêt ou à proximité s’applique à tout le territoire de l’Estrie.

« La seule chose qui est permise, ce sont les feux dans des foyers au propane, au gaz naturel ou munis de pare-étincelles. Il faut que ces appareils soient placés dans des endroits dégagés », explique la porte-parole de la SOPFEU, Mélanie Morin.


« À partir du moment où il y a possibilité qu’un tison ou une étincelle puisse tomber sur une zone boisée c’est interdit. »
Mélanie Morin

Elle rappelle qu’il faut utiliser le gros bon sens dans le cas des feux d’artifice.

« À partir du moment où il y a possibilité qu’un tison ou une étincelle puisse tomber sur une zone boisée c’est interdit. Les amendes varient de 500 $ à 500 000 $ en fonction de la situation », mentionne Mme Morin.

Dans cette logique de prévention, le parc de la Gorge de Coaticook a annulé le feu d’artifice de la Fête nationale prévu le 23 juin à 21 h 15. 

« Nous aurions aimé mettre de la couleur dans le ciel, mais pour des raisons de sécurité évidentes, nous ne pourrons le faire cette année », explique la Gorge de Coaticook sur son site web.

Rappelons que c’est un feu à ciel ouvert qui est à l’origine du feu de forêt qui a détruit jusqu’à maintenant plus de 72 000 hectares au nord du lac Saint-Jean dans le secteur de la Chute-des-Passes.

« Nous n’avons pas identifié de coupable, mais un rond de feu a été trouvé près du point d’origine. C’est un feu mal éteint ou pas éteint d’un pêcheur ou d’un randonneur qui pourrait avoir allumé cet important incendie », signale Mélanie Morin de la SOPFEU.