Sept entreprises auraient fixé les prix du pain, dit le Bureau de la concurrence

OTTAWA - Au moins sept entreprises, dont les trois plus grandes chaînes d'épiceries du Canada, auraient commis des actes criminels en vertu de la Loi sur la concurrence en fixant les prix du pain, estime le Bureau de la concurrence dans de nouveaux documents juridiques.

Selon l'information précédemment sous scellés, le Bureau de la concurrence a demandé des mandats de perquisition pour fouiller les lieux de sept entreprises parce qu'il avait des raisons de croire qu'elles avaient commis plusieurs actes répréhensibles.
Le Bureau fait valoir que des hauts dirigeants du grossiste Canada Bread et de George Weston avaient directement communiqué entre eux et s'étaient entendus pour augmenter les prix.
L'organisme affirme que les fournisseurs avaient rencontré leurs clients de détail - les Compagnies Loblaw, Walmart Canada, Sobeys, Metro et Tigre géant - pour obtenir leur approbation au sujet des hausses de prix.
Loblaw et George Weston ont admis, en décembre, être à l'origine de l'enquête du Bureau de la concurrence. Les deux sociétés affirmaient l'avoir approché après avoir pris connaissance d'une entente présumée impliquant toute l'industrie pour coordonner les prix de certains produits de boulangerie des détaillants et des grossistes de la fin 2001 au mois de mars 2015.
Les deux entreprises ont obtenu une immunité en échange de leur coopération. Les cinq autres ont indiqué qu'elles coopéraient avec les responsables de l'enquête, et certaines d'entre eux ont affirmé n'avoir rien à se reprocher.