Martin Carrier
Martin Carrier

Sept constats par jour remis par le SPS 

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
C’est une moyenne de sept constats d’infraction liés à la COVID-19 qui ont été remis quotidiennement par le Service de police de Sherbrooke au cours de la dernière semaine.

Depuis que le SPS a commencé à sévir contre les rassemblements et le non-respect des règles de distanciation sociale le 23 mars dernier, c’est un total de 40 constats d’infraction qui ont été remis, mais 28 qui ont été donnés au cours de la dernière semaine.

À LIRE AUSSI: Un formulaire pour les signalements liés à la COVID-19

Rassemblements illégaux: six contraventions en 24 heures

Les corps de police seront plus sévères

« En général, les constats sont remis pour les rassemblements dans des parcs, sur des terrains privés ou dans les places publiques. Les gens doivent éviter les rassemblements et surtout respecter la règle de distanciation de deux mètres entre chaque personne », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Malgré les appels répétés au respect des règles liées à la pandémie de la COVID-19, le SPS doit encore intervenir dans des partys dans certaines résidences.

« La règle demeure la même, chacun doit rester chez lui », rappelle Martin Carrier du SPS.

Entre le 23 mars et le 8 avril dernier, ce sont 3450 appels qui ont été acheminés au SPS en lien avec la COVID-19. Lors du congé de Pâques, ce sont 340 signalements qui ont été faits au SPS, dont 55 qui ont nécessité des déplacements.

« Nous référons beaucoup au site web du gouvernement qui contient toutes les informations relatives à la COVID-19 », mentionne le porte-parole du SPS.

Le formulaire de signalements a été mis en ligne sur le site Sherbrooke.ca pour tenter de diriger les demandes liées à la COVID-19 pour les cas non urgents et qui ne nécessitent pas le déplacement d’un policier.

« Depuis la mise en ligne jeudi dernier, nous avons reçu 70 signalements par cette méthode. Ce sont 70 appels de moins que les policiers n’ont pas eu à traiter par la ligne régulière au quartier général. Cette méthode nous aide à filtrer les signalements afin que les policiers puissent répondre aux urgences », indique le porte-parole du SPS.

Le SPS dispose du pouvoir d’imposer des amendes allant de 1000 $ jusqu’à 6000 $ en cas de récidive pour les personnes qui ne respecteront pas le décret gouvernemental d’éviter les rassemblements.

Depuis l’entrée en vigueur du décret gouvernemental, le SPS dispose du pouvoir d’imposer des amendes allant de 1000 $ jusqu’à 6000 $ en cas de récidive pour les personnes qui ne respecteront pas les consignes gouvernementales pour freiner la propagation de la COVID-19.