Sur les 119 chantiers planifiés l’été dernier, la Ville de Sherbrooke a dû en reporter sept.
Sur les 119 chantiers planifiés l’été dernier, la Ville de Sherbrooke a dû en reporter sept.

Sept chantiers routiers reportés à 2021

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Les retards imposés par la COVID et par l’augmentation des coûts des chantiers ont forcé la Ville de Sherbrooke à reporter sept chantiers de 2020 vers 2021. Il s’agit d’une meilleure performance que l’an dernier, où 19 projets avaient été reportés, mais la Ville avait aussi planifié moins de chantiers à l’interne.

La Ville avait effectivement planifié 96 projets en début d’année, mais en a ajouté 23 en cours de route. Deux sont avancés à plus de 90 % et sept sont complètement reportés. « Quand nous allions en appel d’offres un peu tard, les prix dépassaient nos estimations. Nous préférions retourner à la table à dessin », résume Philippe Côté, chef de division de la voirie à la Ville de Sherbrooke. 

C’est le cas du lien cyclable sur la 12e Avenue. « Nous avons modifié la programmation de ces travaux pour permettre aux entrepreneurs d’avoir plus de flexibilité. Nous avons lancé un deuxième appel d’offres pour voir si les prix seront meilleurs. »

La réfection de l’intersection des rues King Ouest et Belvédère, où le pavé uni doit être changé, et la construction d’un mur sur la rue Victoria ont toutes les deux dépassé les prévisions budgétaires de la Ville, qui a choisi de les reporter. 

La conception du chantier de la rue Brûlotte s’est terminée trop tard pour commencer les travaux avant l’hiver, comme un autre chantier sur la rue King Ouest, alors que celui de la rue de l’Église nécessitait une autorisation du ministre de la Santé et des Services sociaux parce qu’il empiétait sur les terrains de Val-du-Lac.

Il était aussi trop tard pour commencer le lien cyclable sur King Est entre les rues Raby et des Rocheuses. La conseillère du district, Danielle Berthold, mentionne qu’elle ne souhaitait pas d’un chantier qui s’étirerait sur deux étés comme ce fut le cas pour celui du chemin Duplessis. 

« Il faut aussi voir l’acceptabilité sociale pour ne pas se retrouver dans une même problématique que Galt Ouest. On amènera sûrement un changement de la configuration de la rue. Les commerçants sont un peu inquiets. Moi aussi. Il y aura une séance d’information au retour des Fêtes. Il y a encore du temps pour conscientiser tout le monde autour. On est mieux de faire nos essais et de réaliser ce qui pourrait arriver que de reculer et de se dire on aurait dont dû. »

Un chantier prioritaire

Pierre Tremblay a pour sa part insisté pour que les travaux sur la rue de l’Église soient placés en priorité en 2021. 

« Puisque nous avons un certificat du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques qui nous oblige à commencer après le 15 juin, on devrait commencer dès le 15 juin pour que ce soit terminé à la fin de l’été », assure Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke. 

Annie Godbout a martelé l’importance d’améliorer les communications avec les citoyens pour les informer de la présence des chantiers. 

Vincent Boutin a demandé si les reports étaient liés au fait que la Ville planifie trop de chantiers. 

« Cette année, au lieu de faire 100 % des chantiers à l’interne, nous en avons donné 50 % à l’externe. À 119, 120 projets, on est pas mal à la limite de nos capacités. On se structure de plus en plus pour une planification optimale. On pense pouvoir en faire plus avec moins dans les prochaines années », dit Mme Gravel.

Nicole Bergeron a rappelé que Sherbrooke a été chanceuse cette année en raison du beau temps qui a permis la réalisation de plusieurs chantiers. « Il faudrait porter une attention particulière aux chantiers près des écoles. C’était limite cette année sur la rue Notre-Dame. Un peu plus et vous n’auriez pas réussi à tout compléter. Il serait peut-être préférable de prendre deux ou trois projets de moins, quitte à en ajouter en cours de route, pour éviter une trop grosse pression. »

Caroline Gravel convient que c’est ce que la Ville tente de faire. 

Les chantiers de 2020 ont totalisé des investissements de 42,9 M$. Les projets reportés avaient une valeur de 6,1 M$.