Les Jeunes musiciens du monde de Sherbrooke lors de leur prestation au Festival des traditions du monde.

S’épanouir avec la musique au FTMS

Le Festival des traditions du monde de Sherbrooke (FTMS) a permis aux artistes de l’école les Jeunes musiciens du monde de Sherbrooke de partager leur passion avec les festivaliers tout au long de la semaine, mais aussi de s’épanouir. La musique, pour ces jeunes, signifie bien plus qu’un simple passe-temps.

En 2010, l’école, dont la maison mère est située à Québec, s’est installée à Sherbrooke. La mission de l’organisme est de choisir un quartier et d’y offrir des cours de musique gratuitement à des enfants provenant de familles qui n’ont pas les ressources nécessaires. Trois jours par semaine, après l’école de 16 h à 20 h, une centaine de jeunes sherbrookois du secteur Mont-Bellevue se retrouvent à l’organisme pour y pratiquer leur passion.

« Nous offrons plusieurs cours axés sur le développement social de l’enfant. Donc, des cours de groupe, des cours d’ensemble de groupe, des cours d’instruments, mais toujours en lien avec le milieu de vie dans lequel on est. À Sherbrooke, nous sommes accueillis par Famille Espoir, un organisme de quartier qui est aussi un parrain merveilleux. Nous avons droit à une grande collaboration. C’est un mariage parfait », avoue Alex Kehler, directeur de l’école les Jeunes musiciens du monde de Sherbrooke. 

Les enfants pouvant bénéficier des cours doivent être à l’école primaire ou secondaire. Pour les enfants de 4 à 6 ans, des cours d’éveil musical sont offerts. 

Au tout début, l’école enseignait plus particulièrement la musique traditionnelle québécoise, mais au fil du temps se sont joints aux enseignements de base la musique du monde, le classique, la pop et autres. L’important, selon M. Kehler, c’est de trouver un langage et un répertoire communs pour que les jeunes puissent évoluer en groupe.

« Faire de la musique, ça leur permet d’avoir une belle estime de soi en plus de les outiller pour la vie. Nous leur montrons comment travailler en groupe et comment être dans un milieu social. Parfois, nous avons des cas qui ont un trouble de l’apprentissage et la musique est un véhicule magnifique pour faire de l’intervention. De plus en plus de jeunes musiciens du monde ont une pédagogie musicosociale qui est en élaboration. Il y a une recherche qui a été faite. On veut aussi outiller les professeurs pour qu’ils ne soient pas seulement professeurs de musique, mais aussi qu’ils comprennent l’importance que peut avoir la musique dans la vie d’un jeune », ajoute M. Kehler.

FTMS

Tout au long de la semaine, quelques jeunes de l’organisme ont animé les scènes du FTMS au parc Quintal. Sous la thématique de la « déportation », les musiciens ont présenté une pièce acadienne, un chant autochtone abénakis et une pièce afro-américaine dans le style gospel réunissant plusieurs instruments. Samedi et dimanche, l’école de musique offrira d’autres prestations et quelques ateliers. 

Incontournables

Le Festival des traditions du monde de Sherbrooke (FTMS) se poursuit samedi et dimanche au parc Quintal. Sur les neuf scènes du FTMS se trouveront des artistes d’envergures tels que Florent Vollant, Jacobus, La Bricole et plusieurs autres. Sans oublier les différents ateliers qui se tiendront dans les emplacements prévus à cet effet sur le site. 

« Les gens ne doivent pas manquer les soirées thématiques! On aura Florent Vollant dans la thématique autochtone, qui sera non seulement sur scène, mais qui donnera aussi un atelier. Tout comme Yves Lambert! Les artistes sont dans les chapiteaux avec les festivaliers pour un moment intime. La soirée latine et la soirée africaine sont aussi à ne pas manquer », informe Malika Bajjaje.

Pour plus d’informations : ftms.ca/.